« Le nombre de salariés a plus que doublé en quatre ans »

— 

« Dans une précédente vie, j'étais directeur financier d'une start-up. Après sa faillite, je n'ai pas trouvé d'emploi salarié intéressant », raconte Sébastien Gerondeau, 41 ans.

« J'avais bien pensé créer ma boîte, mais ce projet aurait été trop long à mettre en oeuvre. En visitant le Salon des entrepreneurs, la reprise d'entreprises m'est apparue comme la formule idéale. Grâce au CRA (Cédants et repreneurs d'affaires), j'ai eu accès à différentes offres. J'ai eu un coup de foudre pour Abri Plus, une entreprise fabriquant des abris vélos, chariots, poubelles, voitures... Tout d'abord parce qu'elle commercialisait des produits peu techniques et qu'elle était en parfaite santé. Et aussi parce que j'avais eu un bon contact avec son dirigeant. La société étant valorisée à 2 millions d'euros, j'ai mis 300 000 eur de ma poche pour me l'offrir et j'ai contracté un emprunt bancaire, que j'ai obtenu sans peine. Le plus difficile a été de me familiariser avec un nouveau métier. Mais mes efforts ont été récompensés car le chiffre d'affaires est passé de 3 millions d'euros en 2004, lors de la reprise, à 7 millions en 2008. Quant au nombre de salariés, il a plus que doublé en quatre ans. Ces bons résultats m'ont permis de gagner en janvier le Trophée de la reprise d'entreprises au Salon des entrepreneurs. Et si Abri Plus continue sur sa lancée, dans deux ans, j'aurais remboursé mon emprunt bancaire. » ■