Travail : Le taux de chômage est resté quasiment au même niveau au 2e trimestre 2021, rapporte l’Insee

STATISTIQUES L’Institut national de la statistique observe seulement une très légère baisse de 0.1 point

M.F avec AFP
— 
Un homme devant une agence Pôle Emploi.
Un homme devant une agence Pôle Emploi. — SYSPEO/SIPA

Le taux de chômage n’a quasiment pas bougé au deuxième trimestre de l’année. Par rapport au premier trimestre 2021, l’Insee observe une très légère baisse de -0,1 % de ce taux qui vient donc s’établir à 8,0 % de la population active en France (hors Mayotte).

En chiffre, cela ramène le nombre de chômeurs en France à 2,4 millions sur la période comprise entre fin mars 2021 et fin juin 2021, soit 16.000 de moins que l’estimation du premier trimestre. Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en hausse de 0,8 point mais est « quasiment identique (-0,1 point) à son niveau de fin 2019, avant la crise sanitaire », indique l’institut de la statistique.

En baisse chez les jeunes, en hausse chez les plus de 50 ans

L’Insee observe que sur ce second trimestre, le taux de chômage diminue pour les 15-24 ans (-0,8 point) et les 25-49 ans (-0,2 point) et augmente de 0,4 point pour les 50 ans et plus. Par rapport à son niveau d’avant-crise (fin 2019), il est inférieur pour les jeunes (-1,4 point) mais équivalent pour les personnes d’âge intermédiaire (-0,1 point) et les seniors (+0,1 point).

S’agissant du « halo autour du chômage », soit les personnes sans emploi qui en souhaitent un mais qui ne satisfont pas les autres critères du BIT pour être considérés comme chômeurs, on constate la même stabilité : cette situation concerne 2,0 millions de personnes, soit 4,9 % des 15-64 ans, comme au trimestre précédent. Cette part est supérieure de 0,2 point à son niveau d’avant-crise, mais très au-dessous (-2,1 points) de son pic du deuxième trimestre 2020, qui était la principale contrepartie d’une baisse temporaire et « en trompe-l’œil » du chômage pendant le premier confinement, selon l’Insee. Lors du premier confinement, des personnes ont pu basculer vers l’inactivité faute de pouvoir effectuer des recherches actives d’emploi dans les conditions habituelles.

Le taux de chômage de longue durée est lui aussi quasi stable : il concerne 0,7 million de chômeurs et s’établit à 2,4 % de la population active (-0,1 point sur le trimestre), après avoir bondi de 0,4 point au trimestre précédent ; il se situe ainsi 0,2 point au-dessus de son niveau d’avant-crise (fin 2019). Cette quasi-stabilité sur le trimestre recouvre des différences marquées selon l’âge : -0,7 point pour les 15-24 ans, -0,2 point pour les 25-49 ans et +0,1 point pour les 50 ans et plus.