L'opération Duoday tient bon malgré le reconfinement et devient TéléDuoday

HANDICAP D'abord reportée à cause du premier confinement, l'édition 2020 du Duoday aura bien lieu le jeudi 19 novembre, mais à distance uniquement

Camille Poher

— 

Toutes les personnes en situation de handicap sont invitées à participer à Duoday. De même pour les valides qui souhaiteraient faire profiter de leur savoir et de leur expérience en entreprise.
Toutes les personnes en situation de handicap sont invitées à participer à Duoday. De même pour les valides qui souhaiteraient faire profiter de leur savoir et de leur expérience en entreprise. — Drazen Zigic / Getty Images Plus
  • 20 Minutes publie ce lundi 16 novembre un dossier spécial Inclusion consacré à l'insertion des personnes en situation de handicap en entreprise
  • Du 16 au 22 novembre se tient la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap (SEEPH)
  • L'opération Duoday permet chaque année la formation de duos entre des personnes en situation de handicap et des professionnels volontaires

Festivals, salons, conférences ou encore mariages, la Covid-19 aura eu raison de nombreux événements en 2020. Au milieu de cette crise sanitaire sans précédent et quelques semaines après le début d’un second confinement, un événement résiste pourtant aux annulations en cascade : le DuoDay. Ou plutôt le TéléDuoDay puisque ce temps fort de la rencontre entre une personne en situation de handicap et un salarié d’une entreprise privée ou publique sera finalement maintenu, en distanciel, le 19 novembre prochain.

Point d’orgue de la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées (SEEPH), toute la difficultée de cette quatrième édition du rendez-vous sera donc de conserver son identité sociale et inclusive malgré la distance. Pour Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du premier ministre, chargée des Personnes handicapées, cette distance est pourtant toujours préférable à un report. « Le DuoDay est encore plus important cette année en raison de la crise sanitaire que nous traversons mais surtout de la crise économique qu’elle annonce », explique la ministre. « Alors qu’en janvier dernier le nombre de chômeurs chez les personnes en situation de handicap avait baissé pour passer sous la barre des cinq cent mille, nous ne voulions surtout pas casser cette dynamique », ajoute-t-elle.

A distance, mais le principe reste le même

Dans les faits, le concept reste le même : une entreprise, une collectivité ou une association accueille une personne en situation de handicap, en duo avec un professionnel volontaire, le temps d’une journée. Simplement cette année, la majeure partie des rencontres se feront par ordinateurs interposés. Des conditions qui ont d’abord freiné Reda Haddad, 22 ans, en situation de handicap et à la recherche d’un emploi.« J’avais quelques réticences lorsque j’ai appris que la journée allait se faire par ordinateur. J’ai trouvé dommage qu’il n’y ait plus de contact direct. » Pour autant, le service publicité de Google qui accueille Réda le 19 novembre prochain a su le rassurer en lui faisant parvenir en amont un planning détaillé de cette journée.

Concrètement, ce duo à distance consistera en un temps de présentation de l'entreprise le matin, puis des échanges avec le binôme mais aussi l'ensemble de l'équipe pour évoquer la question du handicap. Visioconférence, café zoom, Skype… Tous ces outils qui jalonnent la majeure partie de la vie en entreprise depuis le début de la crise sanitaire seront donc la grande nouveauté de l'édition 2020 du DuoDay.

En revanche, en présentiel ou en distanciel, tout comme les années précédentes, les objectifs de l'événement restent les mêmes. « Pour l’entreprise, il s’agit de “démystifier” le handicap auprès des collaborateurs mais aussi de les impliquer dans un projet qui a du sens. Pour la personne en situation de handicap, l'ambition est de découvrir un nouvel environnement de travail et de lever l'autocensure », nous explique Sophie Cluzel.

Une situation sanitaire qui inquiète

Pour Réda Haddad, les attentes autour de cette journée vont encore plus loin. « Je sais que je peux avoir du mal à m’exprimer en public ou à prendre la parole devant un groupe, j'espère que le DuoDay va m’aider à dépasser cette gêne », confie le jeune homme. Il confesse également que la grande ambition de cette journée est pour lui de trouver un emploi au sein de la société Google. « La situation sanitaire m’inquiète et j’ai peur de trouver encore moins d’annonces d’emploi qu’auparavant. J'espère qu’ils pourront me proposer un poste si la journée se passe bien. » 

Une inquiétude que partage la ministre c’est pourquoi elle insiste sur le rôle des acteurs de l’emploi en 2021 : « Il est indispensable que les entreprises maintiennent leurs politiques de ressources humaines en faveur des personnes en situation de handicap et qu’elles continuent de collaborer avec ces dernières. » Quand on sait que 6800 employeurs ont répondu à l’appel du DuoDay en 2019, il faut donc espérer que les rencontres virtuelles de cette édition 2020 aboutiront sur des collaborations qui elles, seront bien réelles.