TaKaHut ou l'échange de logements adapté aux personnes handicapées

VACANCES La plateforme d’échange de logements TaKaHut, créée par un Nantais en 2019, permet aux personnes à mobilité réduite de séjourner dans des hébergements accessibles et adaptés à leurs besoins

Juliette Desmonceaux

— 

TaKaHut recense une trentaine de logements en France.
TaKaHut recense une trentaine de logements en France. — Daisy-Daisy
  • Du 16 au 22 novembre se tient la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap (SEEPH)
  • 20 Minutes publie ce lundi 16 novembre un dossier spécial Inclusion consacré à l'insertion des personnes en situation de handicap en entreprise, dont voici un article

Partir en vacances quand on porte un handicap moteur? Pas évident, au vu du peu d’hébergements qui peuvent se prévaloir du label Tourisme & Handicap. La plateforme d’échanges de logements TaKaHut, lancée en 2019, propose d’y remédier. Elle permet aux personnes handicapées moteur – elles sont près de 850.000 en France selon l’Insee – de troquer leur logement contre un autre équipé.

« Les vacances, c’est ce qu’on attend tous pour pouvoir souffler. C’est important de ne pas y renoncer quand on a un handicap », confie Emilie Cordier, handicapée moteur de 38 ans et utilisatrice du site. La tour Eiffel, le Louvre… C’est grâce à TaKaHut qu’Emilie a pu découvrir ces lieux incontournables de la capitale avec ses enfants. Pendant ce temps, Nicolas, tétraplégique, a pu profiter de son logement près de Nantes. « Je me sentais indépendante », sourit-elle, songeant à cette semaine. Entre fauteuil de douche et absence de marches, tout l’appartement était adapté.

« C’est rassurant pour partir »

Par le passé, cette mère de famille avait connu quelques déceptions dans des gîtes censés être accessibles. «Une fois, le four était trop haut et je me suis brûlée, grince-t-elle. J’ai fini par écourter mes vacances. » Avec TaKaHut, pas de mauvaise surprise. «C’est rassurant pour partir », insiste-t-elle. Le site est gratuit et ne nécessite pas de verser un acompte. Un vrai bonus pour ceux qui disposent de petits revenus.

Le seul bémol, et il est important, reste le nombre de logements répertoriés : une trentaine à ce jour. «La difficulté est de faire matcher les profils», reconnaît le créateur de la plateforme. Une seule solution pour aider le site à grandir : s’inscrire !