Chômage: Plus de la moitié des demandeurs d'emploi ont fait des concessions pour retrouver un travail

BAROMETRE Pour retrouver du travail, 55 % des demandeurs d'emploi font des concessions sur le salaire, les conditions de travail ou encore la situation géographique

20 Minutes avec agence

— 

Une agence de pôle emploi à Paris.
Une agence de pôle emploi à Paris. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Plus d’un actif sur deux (55 %) a déjà accepté un emploi qui ne lui correspondait pas pour sortir de la spirale du chômage, selon un baromètre SNC - Comisis/Opinion Way publié en exclusivité par France Info, ce mardi.

Cette étude révèle que les personnes en recherche d’emploi font des concessions dans de nombreux domaines, en particulier sur la question de la rémunération.

Des concessions tous azimuts

Ainsi, 42 % des personnes interrogées affirment avoir revu leurs ambitions salariales à la baisse. 39 % des sondés ont accepté un travail sous-qualifié, c’est-à-dire en deçà de leurs compétences.

D’autres font des concessions sur le type de contrat (37 %), ou encore sur le secteur d’activité. Ainsi, 39 % des sondés ont accepté de travailler dans un secteur qui ne correspondait pas à leur formation. « Les gens sont prêts à tout pour sortir du chômage », analyse Vincent Godebout, délégué général de l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC).

Former pour accompagner

Enfin, l’étude révèle que 35 % des sondés ont accepté de revoir leurs attentes en matière de conditions de travail, en acceptant par exemple des horaires qui ne leur convenaient pas. 21 % d’entre eux ont fait des concessions sur la situation géographique de l’emploi.

« Si les personnes sont prêtes à faire de telles concessions, il faut que l’on réfléchisse aux relations entre les recruteurs et les futurs recrutés », juge le délégué général de SNC au micro de France Info. Pour lui, « les méthodes de recrutement doivent évoluer ». L’association recommande de mettre l’accent sur la formation, pendant la période de chômage mais également lors du retour vers à l’emploi, afin d’aider les travailleurs amenés à exercer dans des secteurs d’activité toujours plus variés.