Etats-Unis: Michelin est le «Meilleur employeur d'Amérique» en 2018, selon le magazine «Forbes»

CLASSEMENT Le groupe auvergnat a opéré une remontée spectaculaire, car il n’était que 34e de ce classement en 2017…

20 Minutes avec agence

— 

Le symbole de Michelin
Le symbole de Michelin — BERTRAND GUAY AFP

Michelin a été sacré « America’s Best Employer of 2018 » (Meilleur employeur d’Amérique) ce mercredi par le magazine Forbes.

C’est la première fois qu’une entreprise non-américaine se hisse au sommet de la liste du prestigieux magazine économique.

Loin devant Google

Pour établir le classement, Forbes a interrogé 30.000 travailleurs aux États-Unis. Il leur était demandé d’évaluer, sur une échelle de 0 à 10, s’ils recommandaient leur employeur. Le grand vainqueur 2018 est donc le géant du pneumatique Michelin.

L’entreprise française devance ainsi l’entreprise californienne Trader Joe’s (2e) et le mastodonte Google. Ce dernier n’occupe que la troisième marche du podium. C’est la première fois qu’une entreprise non-américaine se retrouve parmi les dix premiers de ce classement.

Ancienneté, formation, écologie

Michelin emploie 22.000 salariés répartis sur 19 sites aux États-Unis. Il semble qu’un certain nombre d’actions « vertueuses » du groupe aient épaté les enquêteurs de Forbes. Sur l’un des sites, les travailleurs sont en poste depuis 13 ans en moyenne – une ancienneté loin d’être la norme outre-Atlantique. Le groupe auvergnat propose aussi des bourses dans les lycées américains pour former ses futurs salariés.

La revue économique s’incline également devant l’engagement environnemental de Michelin : l’entreprise fabrique des pneus étudiés pour économiser l’énergie et utiliser des ressources durables. La firme investit dans des fondations dédiées à la protection de la nature Forbes salue enfin l’incitation au bénévolat au sein des équipes de Michelin : plus de 31.500 jours de volontariat sont offerts chaque année par les employés américains du groupe.

>> A lire aussi : Décathlon: 80 % des Français font confiance à l'enseigne de sport, selon un sondage

>> A lire aussi : Le footballeur le plus riche du monde? «C’est n’importe quoi», on a enquêté sur l'entreprise de Flamini