CDI, intérim, bon plan étudiant... Où chercher votre job à Lyon?

TRAVAIL Ce vendredi à 18h, le gouvernement dévoile le nombre de chômeurs inscrits fin octobre sur les listes de Pôle emploi. « 20 Minutes » vous liste les branches qui recrutent, celles qui sont bouchées, etc. à Lyon…

Elisa Frisullo

— 

La restauration fait partie des secteurs qui recrutent le plus dans la métropole. Illustration.
La restauration fait partie des secteurs qui recrutent le plus dans la métropole. Illustration. — C. VILLEMAIN/20 MINUTES
  • Les spécialistes observent une belle dynamique dans la métropole en termes d’emplois, marquée par de forts besoins de recrutement dans certaines filières.
  • L’intérim se porte bien et est l’un des secteurs les plus porteurs.
  • Plusieurs opportunités existent pour les étudiants, dans le commerce et la restauration notamment.

Un nombre de chômeurs qui peine à baisser mais de réelles perspectives d’emploi. Entre août 2016 et août 2017, l’agglomération a vu le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A progresser de 1,3 %. Un chiffre à relativiser, selon les spécialistes, la métropole étant repartie dans une belle dynamique ces derniers mois.

« Pour 2017, selon notre enquête Besoin de main d'œuvre, il y avait 48.800 projets de recrutement dans la métropole (sur 67.230 dans tout le Rhône). Il y a une vraie dynamique pour le département et l’agglomération et des opportunités pour tout le monde », estime Philippe Hillarion, directeur départemental de Pôle emploi.

« Nous constatons une accélération des recrutements à Lyon », confirme Karl Rigal, responsable éditorial chez Monster, site de recrutements en ligne. A l’occasion de la publication des derniers chiffres du chômage prévue ce vendredi, 20 Minutes s’est intéressé au marché de l’emploi dans la métropole de Lyon. Décryptage.

>> A lire aussi : 6.000 offres d'emploi à pourvoir dans des secteurs en tension à Lyon

Quels secteurs offrent des CDI ?

Selon les spécialistes de l'emploi, les fonctions commerciales sont les plus porteuses. De nombreux postes de technico-commercial, commercial de terrain, manager, ingénieur commercial sont proposés dans l’agglomération. Vient ensuite la filière informatique numérique, dans laquelle les entreprises peinent à recruter des développeurs, des codeurs, des ingénieurs. « Il y a d’importants besoins de toutes ces fonctions pour accompagner la transformation numérique des entreprises », ajoute Karl Rigal. Il y a dans ce domaine de fortes possibilités d’évolutions de carrière et des salaires en hausse pour rendre les offres plus attractives auprès des candidats. Entre 2008 et 2016, 7.000 emplois ont été créés dans cette branche. Les professionnels estiment que d’ici à 2020, il manquera 80.000 professionnels dans ce secteur dans la région.

Pôle emploi constate également une grande quantité de besoins de recrutements, en CDI, dans la restauration, le commerce de détail (vendeurs, managers…), l’aide à domicile (aide ménagère, travailleuse familiale) et les travaux de construction spécialisés.

Quels secteurs sont bouchés ?

« Il y a certes des métiers peu porteurs, mais il n’a aucune filière qui ne recrute pas », précise Philippe Hillarion, de Pôle emploi. Parmi les secteurs en perte de vitesse, on retrouve la communication, filière dans laquelle beaucoup de jeunes sont encore formés, la banque de détail (en agence…), ou encore le marketing. « Ceux qui sortent d’une école de commerce avec un Bac + 4 ou Bac +5 sont des profils encore recherchés », tempère toutefois Pôle emploi. Dans l’industrie, certains métiers sont touchés de plein fouet par l’automatisation. La conduite ou l’intervention sur les chaînes de production, par exemple nécessite moins de main-d’œuvre. « Dans la culture, les débouchés sont peu nombreux. Il y a beaucoup de contrats précaires », complète Karl Rigal.

Où l’intérim place les intérimaires ?

Après trois années noires en 2008, 2009 et 2010, l’intérim a bien repris dans l’agglomération. « Entre 2008 et 2016, c’est l’un des secteurs qui a le plus recruté dans la métropole, avec 8.000 emplois créés », note Philippe Hillarion. Spécialiste du recrutement et de l’intérim, Prism’emploi a constaté une hausse de 8,3 % de l’intérim en août, et de 12 % en septembre. L’appel aux intérimaires progresse dans l’industrie (+12.8 % à la rentrée), les transports (+20 %), le commerce (+11 %), les services (+10 %) et le BTP (+4 %). Toutes les qualifications sont recherchées, aussi bien les cadres, que les employés et les ouvriers, selon le baromètre Prism'Emploi publié fin octobre.

Comment se porte l’emploi des cadres dans votre zone ?

Chez Pôle emploi, un quart des offres d’emploi pour cette catégorie concerne les cadres administratifs. Soit tous les postes qui contribuent au fonctionnement de l’entreprise. On retrouve ainsi des emplois de directeur financier, des postes dans les ressources humaines, à la comptabilité… « Cela s’explique par le fait que beaucoup d’entreprises ont leur siège social dans la métropole, dans le quartier de la Part-Dieu notamment », explique Philippe Hillarion. Les recrutements sont également élevés dans la banque et la finance, l’intérim, et l’informatique (programmation, conseil).

Quel est le bon plan job pour les étudiants chez vous ?

« Partout où il y a des temps partiel, il y a du travail pour les étudiants », note Pôle emploi. Dans la métropole, les opportunités ne manquent pas pour les jeunes qui souhaitent travailler quelques heures, en dehors de leurs études. Dans les services à la personne (garde d’enfants, aide à domicile), dans la restauration et le commerce, les besoins sont importants. L’ouverture de nombreuses boutiques dans le quartier Grôlée et l’arrivée prochaines de nouvelles enseignes à l’Hôtel-Dieu donnent lieu à de multiples créations d’emploi. Un bon plan pour les étudiants.