Comment lutter contre le chômage de longue durée

Conseils Des experts donnent leurs clés pour augmenter ses chances de (re)trouver un emploi...

Thomas Weill

— 

Le stand de Cap emploi, lors du Forum des initiatives pour l'emploi à Bourgoin-Jaillieu (Isère) en mars 2017.
Le stand de Cap emploi, lors du Forum des initiatives pour l'emploi à Bourgoin-Jaillieu (Isère) en mars 2017. — M. Allili/Sipa

L’objectif est affiché. Pôle emploi s’arme pour mieux accueillir les personnes handicapées. Dernier effort en date, «nous déployons à partir d’aujourd’hui, un dispositif pour faciliter les échanges avec les personnes à déficience auditive», annoncent les porte-parole de l’organisme. Il faut dire que près de 500 000 personnes handicapées sont au chômage, en moyenne depuis plus de deux ans et deux mois d’après les chiffres donnés en mars par l’Association de gestion du fond pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph). Malgré la démobilisation que provoque le chômage de très longue durée, il existe des moyens d’en sortir.

Le premier, se rendre chez Pôle emploi justement. Pour Anne-Cécile Richard, directrice opérationnelle pour Cap emploi (Pôle emploi des personnes handicapées) 93 et Paris, «Pôle emploi c’est le lieu d’information qui doit aussi guider vers un organisme d’accompagnement adapté». Ce passage obligé répond aussi à l’impératif de «ne pas être seul» face à sa recherche.

Des conseils concrets

Une fois en relation avec l’organisme adapté, Anne-Cécile Richard suggère le «bilan de compétences», première étape pour «définir où je veux arriver, et comment y parvenir». Elle suggère par exemple de suivre une Période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP), permettant de «découvrir un secteur, consolider un projet professionnel». «Faciliter le parcours d’insertion», dixit Pôle emploi.

Autre méthode préconisée par la directrice, «l’engagement associatif», et sa «valorisation en savoir faire et en savoir être». Mais, comme il faut se lancer, l’étape suivante sera de repérer la bonne entreprise. Pour mieux les identifier, Christian Grapin, président de l’association Tremplin qui accompagne les étudiants handicapés vers l’emploi a une méthode toute simple. «Cherchez le nom de l’entreprise plus handicap, cela permet de voir si elles ont entrepris des actions.»

Savoir à qui on s’adresse

Cette étape est essentielle. «Si on a un doute et qu’on ne sait pas à qui on écrit, il vaut mieux ne pas parler de son handicap», suggère le président d’association. Et pour cause, «vous ne connaissez pas le niveau d’expertise de la personne en face», explique Anne-Cécile Richard. Une fois l’entreprise contactée, Christian Grapin conseille de «parler d’abord de ses expériences, de ses connaissances et non pas de son handicap». Mais la chose la plus importante, c’est peut-être encore de croire en ses chances.