Le Mooc, un cahier de vacances 2.0?

E-learning Beaucoup de ces programmes gratuits s'étalent sur environ six semaines, une durée idéale pour les vacances d'été...

Coralie Lemke

— 

Les Mooc abordent toutes sortes de matières, comme les mathématiques.
Les Mooc abordent toutes sortes de matières, comme les mathématiques. — V. LOISON/SIPA

Que vous vouliez apprendre à manager une équipe, connaître les bases de la peinture impressionniste ou vous initier à la maîtrise des algorithmes, il existe un Mooc (de l'anglais Massive open online courses, «cours en ligne ouverts et massifs») pour vous. Ces programmes de cours en ligne sont accessibles à tous les internautes. La majorité d’entre eux dure six semaines, à raison de quelques heures d’enseignement hebdomadaires. Alors pourquoi ne pas se lancer cet été quand le rythme de travail est plus détendu ou pendant les vacances? «Les gens ont envie d’apprendre avec le format vidéo. Et c’est l’occasion d’élargir son champ de connaissances. Un businessman peut tout à fait suivre une formation en philosophie», explique Eric Chardoillet, PDG de First Finance, une société de formation qui développe des Mooc sur la finance.

Un objet universitaire

Un peu comme le cahier de vacances à l’école primaire, le Mooc permet de se stimuler deux ou trois heures par semaines. Et pourquoi pas, de gagner en compétences avant d’attaquer la rentrée. «Suivre un Mooc l’été permet de se pencher tranquillement sur un sujet auquel on n’a pas le temps de s’intéresser le reste de l’année. Cela permet certes de s’aérer le cerveau mais il ne faut pas oublier que le Mooc reste un objet universitaire», précise Jean-Marie Gilliot, créateur du site Mooc.fr, un site qui répertorie et commente les Mooc. Ils se divisent en deux types de programmes. Certains ont une date de début et une date de fin, avec des cours mis en ligne chaque semaine. Ils demandent davantage d’assiduité et leur programmation est calquée sur l’année universitaire.

Faire son marché

D’autres programmes sont accessibles à la demande, peu importe la période de l’année. C’est cette catégorie de Mooc, disponibles en permanence, qui pourra intéresser les curieux cet été. «Là, chacun y va à son rythme. L’avantage est que si l’internaute a une grosse contrainte, s’il est malade ou en voyage, il pourra reporter son cours à la semaine d’après sans avoir de retard à rattraper», souligne Eric Vantroeyen, chargé de mission e-learning à l’Ecole polytechnique. On trouve des Mooc en français sur openclassrooms.com notamment, sur coursera.org et edx.org pour les anglophones. Que ceux qui repèrent un programme qui n’ouvrira qu’en septembre se rassurent, «l’été est aussi la période propice pour se choisir une thématique qui débute à la rentrée. Les inscriptions démarrent maintenant, deux ou trois mois avant», observe Catherine Montgenet, responsable de projet à France Université Numérique, une plateforme de Moocs francophones très fournie. Voilà qui laisse encore un peu de temps à ceux qui préfèrent se reposer.

>>>> Pour lire plus d'articles sur la formation, rendez-vous sur notre plateforme dédiée