Le compte personnel de formation peine à décoller

Dispositif Bilan sur le compte personnel de formation (CPF), neuf mois après sa mise en place...

Marion Buiatti

— 

Le panel des formations éligibles s’élargit, mais certaines ne sont pas accessibles dans toutes les régions.
Le panel des formations éligibles s’élargit, mais certaines ne sont pas accessibles dans toutes les régions. — J. Faure/Pôle Emploi

«Il y a eu neuf mois de gestation, le bébé va vraiment naître maintenant», affirme Isabelle Dubose, directrice du conseil en formation à l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa). Créé par la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale en vigueur depuis le 1er janvier, le compte personnel de formation (CPF) a changé la donne, en remplaçant le droit individuel à la formation (DIF).

Pour 87.000 dossiers ouverts et en cours de traitement, seuls 37.000 ont été validés et financés selon la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). «Ça démarre doucement, tout n’est pas en place et on constate un long degré de traitement», entérine Mathilde Bourdin, auteure du blog Formation-professionnelle.fr.

Si la DGEFP dénombre 1,73 million de personnes ayant ouvert un compte personnel de formation, toutes n’ont pas déposé de demande concrète. «Les personnes sont souvent très démunies pour comprendre le système et entrer dedans. Notamment sur la question de l’éligibilité des formations accessibles via le CPF», note Mathilde Bourdin.

Des domaines ciblés

Outre le fait que l’employé ou le demandeur d’emploi doit ouvrir lui-même son compte — se rendant ainsi responsable de son droit à la formation — il doit aussi identifier les possibles. «La difficulté, c’est faire le lien entre les certifications de la liste et l’expression du besoin de la personne», indique Delphine Vidal, responsable du projet CPF chez Pôle emploi.

La DGEFP a ainsi constaté de fortes demandes concernant les cours de langues, tant chez les salariés que chez les demandeurs d’emploi. Parmi les autres formations sollicitées, celles de l’accompagnement à la validation des acquis de l’expérience (VAE) et les certificats de qualification professionnelle (CQP) dans le domaine du transport, ont le vent en poupe. Mais attention, si les formations éligibles s’élargissent au fur et à mesure des mois, certaines le sont dans certaines régions et pas dans d’autres.

>>> Lire notre dossier complet sur la formation continue ici