Il voyage à travers l'Europe en fauteuil roulant

Coralie Lemke

— 

Rudy devant un tag de Garfield lors d'un voyage à Paris, en 2011.
Rudy devant un tag de Garfield lors d'un voyage à Paris, en 2011. — Handilol.wix.com

PORTRAIT - Sur son blog créé il y a quelques années, Rudy parle de ses excursions en fauteuil.

A 25 ans, Rudy anime Handilol, un site qui compile avec humour les galères des personnes en fauteuil roulant. C’est de retour d’un voyage à Venise en 2011 que l’idée de Handilol a commencé à germer dans l’esprit de Rudy.

Atteint de la myopathie de Becker, une maladie diagnostiquée dès son plus jeune âge, le jeune Lyonnais venait de perdre l’usage de ses jambes trois ans plus tôt. Pour un premier voyage en fauteuil roulant, la cité flottante avec ses ponts et ses canaux relevait déjà du défi. «Bien sûr, il faut préparer un tel voyage pendant des jours et des jours car les informations essentielles ne sont disponibles nulle part», raconte Rudy.

Naissance d'un guide

Avec son frère Julien qui l’accompagne toujours, il se met à réaliser des vidéos de conseils pour chaque destination. Les deux frères finissent par créer Handilol, un site qu’ils alimentent régulièrement depuis 2012. D’Amsterdam à Barcelone, en passant par la Croatie, les deux frères se mesurent à diverses destinations.

«Pour moi, quand j’ai dû passer au fauteuil roulant, c’était comme la fin d’une première vie. Mais finalement, je m’y suis habitué. Maintenant, j’ai même l’impression de faire plus de choses qu’avant d’être en chaise roulante», confie Rudy.

Un constat clair

Leur site de conseils permet aussi de dénoncer le manque d’accessibilité dans les lieux publics. «A Toulouse par exemple, si je n’avais pas été là, Rudy n’aurait pas pu envoyer ses cartes postales tout seul. Sur la place du Capitole, les deux boîtes aux lettres les plus basses étaient condamnées», regrette Julien. Des situations de la vie quotidienne qui ternissent les voyages des personnes en situation de handicap.

A terme, le duo espère pouvoir faire bouger les choses. «Rudy souffre d’une maladie dégénérative, alors on va continuer de voyager pour en profiter un maximum», explique son frère Julien. Et pour cause, chaque nouveau voyage est un message d’espoir pour les personnes en fauteuil.