Marie-Arlette Carlotti : « Lever les freins à l’emploi des personnes handicapées »

Rédaction 20 Minutes

— 

La ministre veut notamment améliorer le niveau de formation des PH.
La ministre veut notamment améliorer le niveau de formation des PH. — A. Meunier / Sipa

INTERVIEW - Pour donner le coup d’envoi de la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées, 20 Minutes a interrogé Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des Personnes Handicapées et de la Lutte contre l’exclusion.

Situé autour de 22 %, le chômage des personnes handicapées (PH) s’accroît quatre fois plus vite que celui des valides. Comment stopper l’hémorragie ?

Les mesures emploi annoncées à l’issue du Comité interministériel du handicap ont toutes pour objectif d’accroître l’accès à l’emploi des PH. Elles s’attachent tout autant à lever les freins d’accès à l’emploi, notamment en améliorant le niveau de qualification professionnelle, qu’à faciliter le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés et le retour à l’emploi de ceux qui ont été licenciés pour inaptitude.

Comment remédier au manque de moyens nécessaires pour suivre les demandeurs d’emploi éloignés du marché du travail ? Fusionner les Cap Emploi avec Pôle emploi ?

Les demandeurs d’emploi sont orientés vers les Cap Emploi en fonction de critères qui seront revus. L’objectif est que ces opérateurs spécialisés dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi assurent effectivement le suivi des PH les plus éloignées de l’emploi. Quant à la fusion avec Pôle emploi, elle n’est pas envisagée.

Quelles sont les autres voies possibles pour développer le taux d’emploi des PH ? Il est de 2,8 % dans le secteur privé, quand la loi exige 6 %...

Des mesures relatives à l’obligation de reconversion dans l’entreprise après une déclaration d’inaptitude, mais aussi le renforcement de l’alternance, ont été annoncées. Le calendrier de réalisation sera étalé dans le temps. Certaines mesures nécessitent de revoir des textes, d’autres être négociées par les partenaires sociaux. Par exemple, le volet sur l’alternance fera partie de la réforme de la formation professionnelle en cours.

Comptez-vous rendre obligatoire un plan de maintien dans l’emploi dans les accords handicaps signés par les entreprises ?

Oui, le plan de maintien dans l’emploi sera rendu obligatoire dans les accords agréés, au même titre que le plan de recrutement. Un décret en Conseil d’Etat sera déposé prochainement sur ce sujet.

Pour développer l’accès des PH à l’enseignement supérieur, faut-il instaurer des quotas, comme dans les entreprises ?

La question des quotas ne se pose pas car les établissements d’enseignement supérieur ont l’obligation d’accueillir un étudiant handicapé comme n’importe quel autre étudiant. Le Parlement vient d’adopter une loi sur l’enseignement supérieur qui prévoit l’élaboration d’une stratégie handicap à l’échelle de chaque établissement. Nous allons rétablir un comité de pilotage interministériel pour accompagner le développement de l’accès des étudiants handicapés aux études de leur choix, avec les associations et les ministères concernés. Je vais par ailleurs encourager la signature de chartes d’engagements par les écoles de plusieurs secteurs, dont celui des médias.

Qu’en est-il des personnes déclarées inaptes ? Les centres de rééducation professionnelle (CRP) chargés de leur formation en vue d’une reconversion ne sont pas toujours en phase avec le marché de l’emploi. Comment les rendre plus efficaces ?

Les 84 centres de rééducation professionnelle participent à l’amélioration de la qualification des travailleurs handicapés en leur proposant des formations adaptées en termes de durée et de rythme d’apprentissage. Leur offre doit toutefois évoluer pour s’adapter aux besoins des bassins d’emploi, devenir plus individualisée, mieux articulée, avec de réelles perspectives professionnelles pour les bénéficiaires. Un diagnostic est en cours de réalisation sur l’ensemble des prestations offertes, des coûts associés et du financement des centres. Des décisions seront prises en fonction des résultats.

Propos recueillis par Sylvie Laidet