Qu'est-ce que ça change de se faire reconnaître travailleur handicapé?

Carrière Le statut de travailleur handicapé peut vous fermer des portes, mais aussi en ouvrir d'autres...

Sylvie Laidet

— 

L’entreprise adaptée de recyclage APR2, dans les Yvelines, emploie 80% de personnes en situation de handicap.
L’entreprise adaptée de recyclage APR2, dans les Yvelines, emploie 80% de personnes en situation de handicap. — F. Durand/Sipa

Opéré d’une double hernie discale, Olivier*, à l’époque commercial itinérant, perd momentanément l’usage de ses jambes. Croyant bien faire, il monte un dossier de reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) dans l’espoir de bénéficier d’aménagement de poste et d’horaires. Au final, il est licencié pour inaptitude.

Soucieux d’éviter, la case chômage et «estampillé» de sa RQTH, il est recruté en CDI comme assistant conseiller clientèle dans une banque mutualiste. «Un poste payé bien en deçà de mon précédent salaire, 1.000€ de moins, mais je voulais absolument travailler», raconte-t-il, amer.

Cantonné sur une plateforme téléphonique, sans perspective d’évolution en agence bancaire, Olivier regrette sa démarche: «Si je n’avais rien dit, j’aurais pu évoluer normalement dans l’entreprise. Quitte à poser des arrêts maladie si besoin.» Aujourd’hui, il attend que sa RQTH «tombe», dans cinq ans, pour ne plus se voir proposer des postes au rabais.

Horaires aménagés

Heureusement, toutes les démarches de RQTH ne mènent pas dans une impasse. Au contraire, elles permettent en règle générale une compensation de son handicap au boulot.

«Cela passe notamment par un aménagement du poste de travail et/ou des horaires. La RQTH permet aussi aux managers de comprendre certains freins de la personne en situation de handicap dans le travail. Par exemple, pourquoi lui faut-il plus de temps pour réaliser telle tâche», illustre ­Benjamin Guinaudeau, directeur de RQTH Recrutement.

Pour cet expert, le dire le plus tôt possible est le mieux. «Si on cache son handicap et que du jour au lendemain, l’état de santé empire et que le climat dégénère dans l’équipe, sortir sa RQTH à ce moment là serait mal perçu», commente-t-il.

Mieux vaut anticiper en avertissant la mission handicap de l’entreprise ou, à défaut, directement la personne en charge des ressources humaines, suffit. Toutefois, pour éviter les mauvaises surprises, restez vigilant sur votre évolution de carrière, qui doit être équivalente à celle d’une personne valide.

* Le prénom a été modifié.