Une entreprise insère ses salariés en deux ans

TREMPLIN Chez Log'ins, les travailleurs ont un accompagnement spécialisé pour trouver un emploi durable...

Coralie Lemke

— 

Les employés préparent des colis à partir de commandes de livres.
Les employés préparent des colis à partir de commandes de livres. — G. GRANDIN/LOG'INS

Deux ans, pas plus. Les équipes de Log’ins se sont fixé cette durée pour insérer les salariés sur le marché du travail. L’entreprise solidaire, située dans l’Essonne, a un procédé bien particulier pour relever ce défi.

«Dans un premier temps, nos équipes font le maximum pour assainir la situation. Une chargée d’accompagnement s’occupe de toutes les problématiques sociales comme la garde d’enfants, l’endettement, le logement ou la santé», explique Thibaut Deligey, directeur du développement des partenariats chez Log’ins.

Des postes de tous les niveaux

En parallèle, les personnes en situation de handicap démarrent une activité salariée. Certains postes de manutention très simples ont été pensés pour des employés qui n’auraient jamais travaillé.

Une fois leur quotidien stabilisé, les salariés de Log’ins bénéficient d’un soutien à la recherche d’emploi. Cette aide englobe, entre autres, la définition d’un projet professionnels, la recherche d’emploi et la rédaction d’un CV.

>>> Pour lire plus d’articles sur le handicap, rendez-vous sur notre site.

«Leur accueil chaleureux permet de ne pas être déboussolé. En plus, je pourrai toujours réutiliser ce qu’on m’a appris là bas», raconte Yassine Naji, 25 ans, qui y a travaillé 11 mois. Il y préparait, entre autres, des colis de livres et gérait des commandes de clients.

Décrocher un job

Selon son évolution, le salarié peut changer de poste. «Ce n’est pas parce qu’il finit sur un poste de logistique qu’il devra nécessairement en faire dans son nouveau travail», nuance Thibaut Deligey. «Nous avons beaucoup d’anciens salariés qui sont devenus assistants maternels, par exemple.»

Yassine Najib, lui, a toujours aimé les relations humaines. Il est aujourd’hui chauffeur d’un véhicule de la PAM91, un service de transport collectif pour les personnes à mobilité réduite en Essonne. Il s’occupe des déplacements de quatre enfants. Un travail qui lui a permis de s’épanouir, malgré sa sclérose en plaques. «C’est moi qui au trouvé l’offre mais j’ai décroché le job grâce aux conseillers de Log’ins.»

En quatre ans, 13 personnes sont parties de chez Log’ins. 11 d’entre elles ont retrouvé un emploi ou ont entamé une formation. Depuis l’année dernière, l’entreprise emploie en tout une trentaine de personnes.