Bien expliquer son handicap en entretien

RECRUTEMENT Avec le stress et sans préparation, il arrive de mal se faire comprendre face à un futur employeur...

Coralie Lemke

— 

Profitez surtout de votre entretien pour mettre en avant vos qualités
Profitez surtout de votre entretien pour mettre en avant vos qualités — J.J. BERNARD

Phase finale pour décrocher un emploi, la rencontre avec un recruteur est pour certain aussi l’exercice le plus impressionnant. En plus de présenter ses compétences, c’est aussi l’occasion de discuter du handicap du candidat.

Evitez de vous ruer sur le sujet au début de la rencontre. Les travailleurs en situation de handicap ont certes quelques spécificités en plus des autres mais l’entretien est surtout le moment de se vendre. «Je n’ai jamais apprécié que les candidats en parlent d’emblée. Il vaut mieux d’abord présenter son parcours et ses qualités», raconte Anne Thierry, intervenante chez Handi-partage, une association qui accompagne les entreprises et les salariés en situation de handicap.

Exit les aspects médicaux

«Au moment d’en parler, il vaut mieux voir le verre vide à moitié vide qu’à moitié plein. Tout est une question de formulation», poursuit-elle. En cas de handicap moteur par exemple, dire «je peux soulever jusqu’à 15 kilos» passera mieux que «attention, au-delà de 15 kilos, je ne peux pas porter de charge».

>>> Pour lire plus d’articles sur le handicap, rendez-vous sur notre site.

Vous pouvez également préparer deux ou trois phrases qui résument votre situation. Réservez le maximum de temps à la présentation de vos compétences. «Il faut savoir garder les aspects médicaux pour le médecin du travail. Cela ne concerne pas un recruteur», souligne Nicolas Bissardon, en charge de l’emploi chez Handicap.fr.

Dans tous les cas, la personne qui postule n’est pas légalement obligée de parler de son handicap en entretien et ce même si la question est posée par l’entreprise. Des informations qui, si le candidat le souhaite, peuvent rester dans la sphère privée.