VIDEO. Les initiatives les plus spectaculaires de chômeurs pour trouver un emploi

EMPLOI Alors que les chiffres du chômage tomberont jeudi à 18h00, «20 minutes» revient sur ces coups d’éclat de demandeurs d'emploi qui ont été plus ou moins fructueux...

Delphine Bancaud

— 

Gilles Latraye,le 29 février 2016, au bord d'une route de Nancy. AFP/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Gilles Latraye,le 29 février 2016, au bord d'une route de Nancy. AFP/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN — AFP

Sortir du lot pour essayer de se démarquer dans le flot des demandeurs d’emploi. Depuis quelques années, des chômeurs lancent des initiatives originales pour tenter de sortir du chômage. Alors que les chiffres du chômage tomberont ce jeudi, 20 minutes revient sur ces coups d’éclat, qui ont été très relayés par les médias et ont parfois porté leurs fruits.

Il demande du boulot au bord de la route

En février et mars, un quinquagénaire, s’est installé tous les jours de 6h30 à 8h30 au bord de la route à la sortie de Nancy (Meurthe-et-Moselle) avec une affichette dans les mains sur laquelle il expliquait rechercher un emploi. « Je n’arrive pas à me démarquer. Je me suis dit qu’au bord de la route, au moins, je n’aurais pas de concurrence », a expliqué Gilles Latraye, à l’Est Républicain, au chômage depuis deux ans et demi. Une démarche qui lui a déjà permis de décrocher des entretiens.

Il distribue des CV dans le métro

Profiter du désœuvrement des voyageurs pour tenter sa chance. En juillet dernier, un chercheur d’emploi SDFde 37 ans, Lionel Hagège, a créé le buzz en distribuant son CV dans le métro parisien. Une bonne idée puisque certains voyageurs ont relayé le CV sur les réseaux sociaux. Quelques jours plus tard, l’homme a décroché un CDI dans le secteur des assurances militaires.

Il s’affiche à Montpellier

Ne pas attendre que la chance lui sourit, mais prendre les devants. C’est ce qu’a fait Clément Gonnet, en 2013, alors âgé de 20 ans. Ce Montpelliérain, chômeur depuis six mois, à la recherche d’un poste de maître d’hôtel. avait réussi à convaincre l’entreprise Médiaffiche de lui offrir une campagne d’affichage. Sous sa photo figurait un message explicite : « Recherche CDI ou saison ». Bingo. « Cette opération a connu de grosses retombées médiatiques et j’ai reçu beaucoup de SMS de soutiens, raconte Clément Gonnet. J’ai trouvé un emploi dans un hôtel à Palavas-les-Flots (Hérault) », avait-il ensuite confié à 20 minutes. Une bonne rampe de lancement puisque le jeune homme a ouvert en aout dernier un restaurant en Espagne.

Il crée son salon de recrutement rien que pour lui

C’est sans doute une des initiatives dont on se souvient le plus. En 2011, un directeur marketing quadragénaire, auto-baptisé « Super Candidat », a organisé un salon du recrutement dans un espace de 5.000 m2, dont il était le seul exposant. Alain Gutton a attendu toute la journée, mais un seul recruteur ne s’était finalement déplacé. Contacté par 20 minutes, il revient sur cette opération : « Les retombées presse ont été très importantes et internationales, en revanche, celles purement professionnelles ont été très faibles (pas de proposition sérieuse). Et quelques mois plus tard, j’ai pris la direction marketing du Groupe Marie Claire Digital mais sans lien avec l’opération ».

Des CV vidéos pour interpeller les automobilistes

En 2015, le collectif CVStreet qui était déjà à l’origine d’un affichage sauvage de portraits de chômeurs dans les rues de Marseille (Bouches-du-Rhônes), a eu une autre idée ingénieuse : intitulée « l’emploi au bout du tunnel ». Celle-ci consistait à diffuser des CV vidéo de demandeurs d’emploi sur les panneaux lumineux présents à la sortie du tunnel dans le sens Marseille/Aubagne. Ces petits films donnaient le numéro de téléphone des candidats, tout en renvoyant au site du collectif pour les recruteurs désireux de revoir ces présentations. Un bon moyen de marquer les esprits.

Il se vend aux enchères sur eBay

L’ironie ça marche parfois quand on recherche du boulot. Yannick Miel peut en témoigner. En 2009, âgé alors de 23 ans, le jeune homme titulaire d’un master 2 « Intelligence économique et management des organisations » à Bordeaux IV, désespérait de trouver du boulot, après une vingtaine d’entretiens et l’envoi de 300 candidatures. Du coup, le jeune homme a décidé de se mettre aux enchères sur eBay. « Pratique, et peu couteux à l’entretien, vous ne regretterez pas de vous offrir ce superbe jeune diplômé en pleine santé », précisait son annonce. Pour enfoncer le clou, il se rend sur l’esplanade de La Défense pour distribuer 500 CV devant les caméras. Le buzz fonctionne et Martin Hirsch, alors Haut commissaire aux Solidarités actives, vient sur place lui proposer un poste. « J’ai fait mon coup de com’et lui le sien, on était d’accord ! », plaisante le jeune homme. Pendant 9 mois, il se charge de toutes les problématiques « jeunes diplômés au chômage » du cabinet avant d’être embauché au sein du Conservatoire national des arts et métier.