Plan de Hollande pour l'emploi: Le énième plan d'une longue série de mesures anti-chômage lancée en 2012

TRAVAIL Depuis son accession au pouvoir en 2012, François Hollande a dégainé plusieurs mesures pour l'emploi, afin de tenter d'enrayer la hausse du chômage...

L.C.

— 

François Hollande lors des voeux de la présidence aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi, le 19 janvier 2016.
François Hollande lors des voeux de la présidence aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi, le 19 janvier 2016. — WITT/SIPA

Combattre le chômage en relançant la croissance. C’était l’un des engagements de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012. Mais l’exécutif n’est pas parvenu à enrayer la hausse du taux de chômage, qui est passé de 9,5 % en 2012 à 10,6 % de la population active de France métropolitaine, au troisième trimestre 2015. L’exécutif a pourtant mis en œuvre plusieurs plans pour doper la croissance. Petit rappel des faits, alors que le président dévoile ce lundi son ultime plan pour l’emploi.

Taux de chômage en France métropolitaine (2007-2015)
Create line charts

Création de 150.000 emplois d’avenir

La loi sur la création de 150.000 emplois d’avenir entre 2012 et 2014 est l’une des premières mesures pour l’emploi du premier gouvernement Ayrault, qui rappelle les emplois-jeunes créés par le gouvernement Jospin en 1997. L’objectif : faciliter l’insertion professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans, peu qualifiés, et issus des zones urbaines ou rurales défavorisées. Ces emplois, rémunérés au Smic (subventionnés à hauteur de 35 à 75 %) sont créés au sein d’associations, des collectivités territoriales et dans le secteur de l’économie sociale et solidaire.

Fin septembre 2014, le ministère du travail a indiqué que l’objectif des 150.000 emplois avait été atteint. Selon l’exécutif, plus de la moitié de ces emplois subventionnés sont des contrats dits longs (CDI ou CDD de trois ans), et neuf jeunes sur dix ont été recrutés à temps plein.

>> A lire aussi : « Avec mon étiquette emploi jeune, je n’évolue pas dans l’entreprise »

Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE)

Le fameux CICE, entré en vigueur au 1er janvier 2013 est un allégement d’impôt pour les entreprises, calculé en fonction de la masse salariale des entreprises. En 2014, le CICE a coûté 20 milliards d’euros selon les chiffres du gouvernement.

L’exécutif espère ainsi réduire le coût du travail des sociétés françaises pour les rendre plus compétitives à l’international. Mais l’impact du CICE sur l’emploi est sujet à controverse. Selon une étude publiée par l’Insee en octobre 2015, le CICE aurait en partie permis de tempérer la hausse du coût horaire de la main-d’œuvre, qui a augmenté depuis 2012 de façon plus modérée en France que dans d’autres pays européens. Ce progrès en compétitivité a-t-il permis de créer de l’emploi ? Il est encore trop tôt pour en constater les effets concrets sur le marché du travail.

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Ce pacte de responsabilité et de solidarité (PRS) détaillé en 2014 vise à réduire les charges et les contraintes visant sur les entreprises afin de stimuler les embauches. Depuis le 1er janvier 2015, les employeurs ne payent presque plus de cotisations patronales pour leurs salariés payés au Smic.. Selon une estimation de l’Insee fin 2014, le PRS pouvait créer 40.000 emplois en 2015. il faudra attendra la publication des chiffres de l’emploi pour l’année écoulée afin de confronter ces projections à la réalité…