Pôle Emploi: Les fonctionnaires moins bien payés, plus souvent en arrêt maladie

SOCIETE Le bilan social 2014, présenté mardi dernier en Comité central d'entreprise, illustre des disparités entre les agents publics et privés de l'agence...

Morgane Buland

— 

Une femme lors d'un entretien dans une agence de pôle emploi le 27 août 2014 à Armentières
Une femme lors d'un entretien dans une agence de pôle emploi le 27 août 2014 à Armentières — Philippe Huguen AFP

Le bilan social 2014 de Pôle emploi, fraîchement sorti, fait état de disparités fortes entre les agents publics et privés de Pôle Emploi. Premièrement, les premiers cités touchent aujourd'hui 23.600 euros par an en moyenne, tandis que les seconds émargent à 36.000 euros, selon l'AFP. 

Puis, ceux à avoir choisi conserver leur statut de fonctionnaires rémunérés par l'Etat (1) et sont encore 5.000 à exercer à Pôle Emploi parmi les 55.500 salariés que compte l'agence, à défaut de percevoir de plus hauts salaires, enchaînent les arrêts maladie.

Salaires, stress et pression psychologique

Sans qu'une relation de cause à effet ne soit établie, les agents publics cumuleraient ainsi une moyenne de 31 jours ouvrables d'arrêt maladie par an (soit près d'un mois et demi), contre 17 pour les salariés de droit privé. L'écart passe même du simple au quintuple quand il s'agit des arrêts de maladie longue durée (supérieure à 240 jours), catégorie qui explique d'ailleurs à elle seule l'écart total entre ces arrêts maladie agents publics / agents privés.

Selon Jean-Charles Steyger, délégué syndical central SNU-FSU, ce phénomène s'explique par la «mise à l'écart des agents publics dans les collectifs de travail: la pression psychologique est telle que certains se mettent en arrêt». Jean-Manuel Gomes, secrétaire CFDT du comité central d'entreprise, tient, lui, un discours diamétralement opposé: «les agents publics ne sont pas plus soumis au stress, ils font le même travail, dans les mêmes conditions et aux mêmes horaires que les autres. Leur problématique ne se situe pas là, mais sur la question des rémunérations. A travail égal, salaire égal.»

Interrogé par l'AFP, Pôle emploi n'a pas souhaité réagir avant la présentation du document en Comité central d'entreprise, le mardi 5 mai.

(1). A la fusion de l'ANPE et des Assedic, en 2008, le personnel avait le choix: passer sous statut privé et bénéficier d'un bond salarial selon la grille fixée par la toute nouvelle structure d'alors, Pôle Emploi, ou alors rester fonctionnaires.