Emploi: Qui les patrons prévoient-ils de recruter cette année?

TRAVAIL Pôle emploi vient de présenter son enquête annuelle sur les besoins en main-d'œuvre...

Céline Boff

— 

Illustration d'un entretien d'embauche à Chennevieres sur Marne le 26 mars 2013 sur un salon de recrutement.
Illustration d'un entretien d'embauche à Chennevieres sur Marne le 26 mars 2013 sur un salon de recrutement. — A. GELEBART / 20 MINUTES/SIPA

Les entreprises vont-elles recruter cette année? Où? Et qui? L’enquête «Besoins en main-d’œuvre», réalisée chaque année par Pôle emploi en partenariat avec le Crédoc, vient apporter des réponses sur les intentions d’embauche des employeurs. Plus de 400.000 d’entre eux ont répondu. A noter qu’en 2014, 80% des patrons qui envisageaient de recruter l’ont effectivement fait au cours de l’année.

1) Des recrutements en hausse

Les employeurs prévoient d’embaucher davantage de personnes cette année: +2,3% par rapport à 2014, ce qui représente plus de 1,73 million de postes potentiellement ouverts en métropole et dans les DOM. «C’est le plus haut niveau observé depuis les six dernières années de l’enquête», précise Pôle emploi. Au final, un établissement sur cinq (20,7%) souhaite recruter cette année, soit 1,2 point de plus qu’en 2014. Rappelons qu’à fin février, la France comptait 5,56 millions de demandeurs d’emploi.

2) Les PME de moins de 50 salariés

Ces entreprises sont les principales recruteuses: «Elles concentrent plus de trois projets d’embauche sur quatre», révèle Thomas Cazenave, directeur général adjoint Stratégie chez Pôle emploi. A noter que ces PME recrutent surtout pour faire face à un surcroît d’activité. «Il reste le motif majeur du recrutement et c’est également celui pour lequel l’évolution est la plus marquée: +10 points entre 2013 et 2015», précise Pôle emploi. Par ailleurs, près d’un recrutement sur cinq (19,2%) sera cette année lié au lancement d’une nouvelle activité. «Cette tendance correspond à la légère reprise de l’activité économique observée actuellement en France», analyse Pôle emploi.

3) Des emplois durables

«L’an dernier, les intentions de recrutement des employeurs étaient en forte hausse (+5,4%), mais ils prévoyaient surtout d’embaucher des personnes en contrats saisonniers. Ce n’est pas le cas cette année», détaille Stéphane Ducatez, directeur des Statistiques chez Pôle emploi. En 2015, la plupart des postes qui devraient être ouverts seront même pérennes, c’est-à-dire proposés en CDI ou en CDD de six mois et plus. Au total, près de six emplois envisagés sur dix (57,9) devraient être de longue durée. «Mais ces prévisions excluent tout ce que les employeurs ne peuvent pas anticiper et qui donnent lieu à des recrutements de courte durée, comme les arrêts maladie, les accidents du travail, etc.», tempère Thomas Cazenave.

4) Des emplois de services

Ce secteur demeure le premier recruteur en France: il concentre 64,4% des offres. Les services aux particuliers sont particulièrement dynamiques (41,3%). Ils sont notamment tirés par les secteurs de l’action sociale, de la santé humaine et de l’hébergement restauration. Viennent ensuite les services aux entreprises (23,1%), puis les secteurs du commerce (12,1%), de l’agriculture (11%), de l’industrie (8,2%) et de la construction (4,3%). A noter que si les offres d’emploi dans le commerce sont en forte hausse (+7,2% par rapport à 2014), ce n’est pas le cas de la construction, qui s’effondre (-16,6%).

5) Des emplois dans les métropoles

Les projets de recrutement non saisonniers se concentrent principalement dans les grandes villes telles que Paris, Lyon ou encore Bordeaux, mais aussi dans le Sud-Est et sur l’arc Atlantique. Dans ces régions comme ailleurs, les métiers les plus recherchés cette année sont les agents d’entretien, les aides à domicile, les employés polyvalents de cuisine, les aides-soignants et les ingénieurs et cadres informatiques. Parmi les quinze professions les plus demandées, l’on retrouve également les attachés commerciaux, les artistes, les secrétaires, les agents administratifs ou encore les livreurs sur courte distance.