Reconversion en cueillant les fruits de sa passion

©2006 20 minutes

— 

Vous avez toujours rêvé de devenir orfèvre, cuisinier, guide de haute montagne... mais n'avez jamais osé sauter le pas. Pour que 2007 soit l'année d'une reconversion « passion », réussie, un certain nombre de précautions s'imposent.

Pour commencer, faire une étude de marché. Cette étape permet de connaître le nombre d'acteurs le secteur, leur organisation, les débouchés et le chiffre d'affaires du secteur. Pour cela, il faut évidemment rencontrer des professionnels en poste. Histoire de savoir si votre rêve est réalisable ou risque de virer au cauchemar (lire ci-dessous). Vous découvrirez peut-être qu'il est inutile de créer une entreprise mais qu'il suffit d'essayer de se faire embaucher dans une boîte déjà présente sur le créneau visé. Exemple : vous « kiffez » le surf, pourquoi ne pas vous rapprochez des entreprises de la « surf valley » aquitaine comme Quiksilver ou Oxbow ? Vous baignerez ainsi au quotidien dans cet univers.

Deuxième écueil à éviter : se lancer tête baissée en pensant déjà tout maîtriser du métier. « Souvent passion rime avec savoir-faire, suivre une formation paraît donc opportun », observe Véronique Sadier, consultante d'un centre de bilan de compétences à la Défense (Hauts-de-Seine).

La dernière précaution à prendre avant de se lancer : se préparer à vivre avec moins d'argent et être capable d'assumer un statut différent. Identifier précisément les postes de dépenses qui seront sacrifiés sur l'autel de la passion et évidemment s'accorder avec ses proches sur la réduction de son train de vie sont indispensables.

Sylvie Laidet

37 % C'est le nombre de cadres qui rêvent de changer de job, d'entreprise, de secteur, de ville ou d'existence. (Source Apec)