« Il faudra être plus polyvalent »

© 20 minutes

— 

D’ici à 2010, la physionomie des métiers va progressivement changer, affirme Claude Seibel, président du groupe Avenirs des métiers. Certaines professions vont connaître une désaffection évidente, au profit d’autres. Il ne s’agira pas à proprement parler de nouveaux métiers. Mais des professions déjà existantes vont subir de réelles évolutions, en intégrant notamment l’utilisation des nouvelles technologies. On assistera, par exemple, à l’émergence de bio-informaticiens (c’est-à-dire de biologistes justifiant d’une véritable compétence en informatique). Par ailleurs, nombre de métiers vont impliquer davantage de polyvalence. Outre les aptitudes purement techniques pour un métier, le professionnel devra savoir organiser son travail de manière autonome et s’adapter à des situations diverses. On demandera par exemple à une aide ménagère, non seulement de savoir préparer un repas et faire le ménage, mais aussi d’être capable d’accomplir des formalités administratives ou de gérer des clients difficiles. Les emplois seront donc plus riches et plus évolutifs.