Comment éviter les stages «bidons»

© 20 minutes

— 

« Vous pourriez m’apporter un café et me faire ces photocopies ? » Telle est la phrase tant redoutée par les étudiants à leur arrivée dans une entreprise ! Pour éviter de rejoindre le rang fourni des stagiaires exploités, vous devez anticiper. Première étape : lors de votre entretien, planifiez les tenants et aboutissants de votre stage avec la personne qui vous recevra. En lui faisant signer votre convention de stage, profitez-en pour vous faire préciser vos futures missions, le nom de votre référent dans l’entreprise (tuteur de stage), vos horaires de travail... Ne vous offusquez pas si l’on vous confie des tâches qui semblent peu valorisantes dans un premier temps (standard, classement de dossiers, saisie informatique...) On cherche peut-être à vous tester. Si vous faites preuve d’humilité et de sérieux, vos interlocuteurs n’hésiteront pas à vous confier de plus amples responsabilités. Au cas où cette période probatoire excède une semaine, prenez les devants et demandez à votre maître de stage de vous confier des missions plus conséquentes. Proposez aussi votre aide aux salariés qui vous semblent le plus débordés. N’hésitez pas à suggérer des initiatives, mais ne prenez jamais une décision sans avoir d’abord demandé son accord à votre tuteur. Autre conseil utile : si vous commettez des impairs dans votre travail, n’hésitez pas à demander conseil à vos interlocuteurs. On ne vous reprochera pas votre manque d’expérience si vous montrez votre désir de progresser.

346euros, c’est le montant maximal brut mensuel qu’accordent généralement les entreprises à leurs stagiaires.