20 Minutes : Actualités et infos en direct
consoFours, lave-linge, réfrigérateurs… Pourquoi les ventes ont chuté en 2023

Fours, lave-linge, réfrigérateurs… Les ventes du gros électroménager ont chuté l’an passé

consoLe marché a subi en 2023 un repli en valeur de 3,6 %, lié au pouvoir d’achat mais aussi à la crise du marché de l’immobilier
Seule la catégorie des lave-linge reste stable, l’amélioration énergétique des produits ayant pu inciter les consommateurs à anticiper » des remplacements d’appareils (photo d'illustration)
Seule la catégorie des lave-linge reste stable, l’amélioration énergétique des produits ayant pu inciter les consommateurs à anticiper » des remplacements d’appareils (photo d'illustration) - PxHere CC0 / 20 Minutes
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

L'essentiel

  • La crise du marché de l’immobilier, avec des autorisations de construction et des transactions dans l’ancien en baisse, explique en grande partie le repli du marché de l’électroménager en France en 2023.
  • Dans le petit électroménager, la préparation culinaire et les robots sont en retrait, un phénomène sans doute lié au suréquipement durant les années Covid.

Le marché français de l’électroménager a connu en 2023 un léger tassement de son activité, en partie imputable à la crise de l’immobilier qui a pénalisé le gros électroménager, selon un bilan annuel publié jeudi.

En raison d’un « contexte immobilier et économique compliqué », le marché de l’électroménager a reculé de 2,2 % par rapport à 2022, totalisant 9,5 milliards d’euros, d’après une étude du cabinet GFK conduite pour le groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils et d’équipement ménager (Gifam), qui représente 51 groupes et 118 marques.

Plus de 63 millions d’appareils achetés

L’immobilier a connu une baisse des autorisations de permis de construire de 24 % en 2023 et les transactions dans l’ancien ont dégringolé de 22 %, « or, quand on a ce type de transaction, (…) c’est l’occasion de remplacer ou d’acquérir de nouveaux appareils d’électroménager », a expliqué Laurent Cours, directeur études et statistiques du Gifam.

En outre, la baisse des ventes d’électroménager est survenue dans un marché qui avait connu lors de la crise Covid, en 2020 et 2021, « des progressions très fortes », a rappelé Cours.

Les Français ont tout de même acheté l’an dernier 63,7 millions d’appareils, toutes familles de produits confondues. La situation est contrastée entre le gros électroménager, qui a subi un repli de 3,6 % en valeur, et le petit électroménager, qui a connu une année étale (+0,0 %).

Les friteuses sans huiles ont tiré le petit électroménager

La baisse des ventes de gros électroménager est plus marquée pour les appareils « intégrables » (-3,9 %), plus sensibles aux soubresauts de l’immobilier. Les trois grandes familles de produits reculent en valeur, que ce soit le froid (-4,9 %), le lavage (-1,5 %) ou la cuisson (-4,6 %).

Seule la catégorie des lave-linge reste stable (+0,4 %), selon Cours, qui estime que « l’amélioration énergétique » des produits a pu inciter les consommateurs à « anticiper » des remplacements d’appareils.

La tendance baissière se retrouve dans les autres grands pays européens, a noté M. Cours, « à l’exception de l’Italie, qui connaît une croissance en raison d’aides gouvernementales », lesquelles ont soutenu le marché.

Le petit électroménager a, lui, vécu une année 2023 contrastée selon ses familles de produits. La cuisson des aliments a progressé de 13,6 %, tirée par les friteuses sans huiles, dont le chiffre d’affaires a été multiplié par 3 en un an, alors que la préparation culinaire et ses robots sont en retrait de 8,2 %.

Une évolution due au « suréquipement anticipé pendant les années Covid », a relevé Emilie Pin, responsable études et statistiques au Gifam.

Sujets liés