Climatisation : Comment éviter la surconsommation d’énergie lorsque l’on cherche à se rafraîchir

CHALEUR Si la « clim' » grève le budget des ménages l'été, il y a moyen d'en minimiser l'impact financier

J.P. pour 20 Minutes
— 
Pour limiter sa consommation d'énergie en été, il ne faut pas abuser de la climatisation
Pour limiter sa consommation d'énergie en été, il ne faut pas abuser de la climatisation — iStock / City Presse

Les beaux jours riment invariablement avec une baisse de la facture d'énergie toujours appréciable. Il n'empêche, sitôt le printemps achevé, l'été menace à nouveau de plomber notre budget. Car après le chauffage, c'est la climatisation qui tourne souvent à plein régime ! Et alors que seules certaines régions chaudes de la France, et notamment le Sud, étaient auparavant concernées, le réchauffement climatique promet des hausses de température généralisées. Il est donc urgent d'adopter les bons réflexes !

Identifier ses besoins

Avant de courir acheter un climatiseur dès que le thermostat surchauffe, mieux vaut examiner toutes les options qui s'offrent à vous pour faire le choix le plus judicieux. Déterminez d'abord quelle utilisation vous voulez faire de cet appareil. S'agit-il de le placer dans la chambre ou dans le salon ? En avez-vous réellement besoin tout le temps ou juste de façon ponctuelle ? En fonction de vos réflexions, vous pourrez vous orienter vers différents modèles.

Mais attention à ne pas vous arrêter au coût d'achat de l'équipement ! Prenez aussi en compte sa consommation d'énergie et les frais d'entretien ! Pour éviter de vous ruiner, optez ainsi pour un appareil efficace, identifiable grâce à l'indicateur de performance énergétique apposé sur l'étiquette et allant de A++ à G--. Oubliez à l'inverse les modèles énergivores (en dessous de C voire D), souvent moins chers mais beaucoup plus gourmands.

Il faut tenir compte de sa consommation d'énergie et des frais d'entretien avant d'acheter un climatiseur
Il faut tenir compte de sa consommation d'énergie et des frais d'entretien avant d'acheter un climatiseur - IStock / City Presse

À chacun son modèle

Le climatiseur monobloc est l'appareil le plus abordable. Cette colonne se charge de récupérer l'air chaud intérieur pour l'extraire à l'extérieur. La version mobile coûte entre 200 et 300 € et peut se déplacer facilement. En revanche, elle fait beaucoup de bruit et nécessite de faire passer le tuyau d'évacuation par une fenêtre entrouverte, ce qui peut être contre-productif. Comptez environ 850 € pour une version fixe installée au mur et sa sortie que vous placerez sur la façade extérieure.

Les modèles de climatiseurs dits monosplit ou multisplit sont plus complexes et imposent de faire appel à un professionnel
Les modèles de climatiseurs dits monosplit ou multisplit sont plus complexes et imposent de faire appel à un professionnel - IStock / City Presse

Les modèles de climatiseurs dits monosplit ou multisplit sont plus complexes et imposent de faire appel à un professionnel. S'ils sont moins bruyants, ces dispositifs impliquent d'installer un bloc à l'intérieur, ainsi qu'un second à l'extérieur de la maison. Comptez au moins 700 € pour un monosplit (hors pose) et 1300 € pour un multisplit comportant deux unités intérieures, afin de rafraîchir deux pièces.

Gare au thermostat

Si la consommation d'électricité d'un climatiseur varie en fonction du modèle, gardez toutefois à l'esprit que la facture peut vite flamber ! Le magazine 60 millions de consommateurs a fait le calcul au cours de l'été 2021, comme il l'avait expliqué à France Info : « À raison d'une consommation moyenne de 1 kW/h, et en prenant un tarif moyen de l'électricité, on aboutit à 4,50 € pour une journée d'utilisation. Pour une semaine, l'addition atteint 32 € ». Dans le détail, le coût peut varier de 22 € pour les appareils les plus économes, à 44 € pour les plus énergivores.

Notre dossier « CANICULE »

À ces prix-là, il vaut donc mieux limiter l'utilisation du climatiseur aux jours les plus chauds, en misant le reste du temps sur un ventilateur (qui consomme près de 100 fois moins d'énergie !), la fermeture des volets en journée et l'ouverture des fenêtres pour aérer une fois le soir venu. De même, n'essayez pas de passer de 35° à 20 °C ! Pour concilier confort et économie d'énergie, il est conseillé de ne pas dépasser 8° d'écart avec la température extérieure. En outre, pour éviter une surconsommation, ne réglez pas la climatisation trop bas dans l'espoir de refroidir plus vite la maison.

L’alternative : la pompe à chaleur

Plutôt que d’opter pour un simple climatiseur pour rafraîchir votre maison l’été, vous pouvez vous tourner vers une pompe à chaleur. Si ce dispositif fonctionnant à l’énergie renouvelable représente un réel investissement financier, il permet de faire des économies toute l’année. En hiver, il permet de réduire la facture du chauffage, tandis que si vous optez pour un modèle réversible, vous pourrez également rafraîchir votre maison durant l’été.
Alors qu’une pompe à chaleur coûte environ 12.000 €, le cumul de MaPrimeRénov et de la prime énergie (certificats d’économies d’énergie) permet de financer jusqu’à 9000 € de la facture, laissant 3000 € à la charge du ménage. Préférez toutefois une pompe à chaleur air/eau pour bénéficier d’un maximum d’aides financières.