Les intérêts des PEL ouverts à partir de janvier 2018 taxés à 30%

PLACEMENT Les «plans ouverts avant le 1er janvier 2018, les intérêts produits jusqu’à la veille du 12e anniversaire du PEL resteront exonérés d’impôt sur le revenu», a souligné Bruno Le Maire…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire — Sierakowski/Isopix/SIPA

Si vous songez à ouvrir un plan épargne-logement, c’est peut-être le moment. Les PEL ouverts à partir de janvier 2018 seront soumis à un impôt forfaitaire de 30 % dès la première année, tout comme l’assurance-vie au-delà de 150.000 euros placés par personne, a annoncé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

>> A lire aussi : A quoi sert vraiment l'épargne des Français?

Concernant les « plans ouverts avant le 1er janvier 2018, les intérêts produits jusqu’à la veille du 12e anniversaire du PEL resteront exonérés d’impôt sur le revenu. En revanche, les intérêts produits après 12 ans seront imposés » au prélèvement forfaitaire unique (PFU) à hauteur de 30 %, a précisé Bruno Le Maire dans un entretien au quotidien économique Les Echos, publié lundi.

L’assurance-vie imposée au-delà de 150.000 euros placés par personne

L’encours des PEL, à fin 2016, atteignait 259,4 milliards d’euros, un niveau quasiment équivalent à celui du Livret A.

Le ministre a par ailleurs clarifié le projet gouvernemental en matière d’assurance-vie, confirmant que l’imposition forfaitaire de 30 % s’appliquerait au-delà de « 150.000 euros d’encours nets, tous contrats confondus, pour une personne seule et 300.000 euros pour un couple ».

>> A lire aussi : Le taux du CICE abaissé en 2018 avant sa suppression en 2019

« Le PFU ne s’appliquera qu’aux revenus produits par la fraction des encours supérieure à ces seuils », a-t-il ajouté.

« les détenteurs de contrats d’assurance-vie n’ont aucune raison de s’inquiéter »

En deçà de ces montants, « les détenteurs de contrats d’assurance-vie n’ont aucune raison de s’inquiéter. Rien ne change pour les revenus produits par les versements antérieurs à la réforme, quel que soit leur montant », a garanti M. Le Maire, dénonçant le « mauvais procès » fait au gouvernement.

« Les autres avantages fiscaux sont maintenus, à l’instar du régime favorable sur les successions et des abattements de 4.600 et 9.200 euros après 8 ans de détention », a-t-il dit.