Gironde : Inquiétude autour du rachat de l’usine Magna à Blanquefort

ECONOMIE Le fonds d’investissement allemand Mutares a annoncé avoir déposé une offre de rachat auprès de Magna, fabricant de boîtes de vitesse pour Ford à Blanquefort

M.B.
Manifestation des salariés sur le site Magna de Blanquefort (Gironde), le 10 septembre 2020.
Manifestation des salariés sur le site Magna de Blanquefort (Gironde), le 10 septembre 2020. — Mickaël Bosredon/20Minutes
  • L’usine Magna, fabricant de boîtes de vitesse pour Ford, emploie quelque 740 personnes.
  • A l’annonce de cette offre d’acquisition, Bordeaux Métropole a exprimé « sa vive inquiétude. »
  • « Bordeaux Métropole demande que ce site qui génère plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires par an puisse avoir un avenir », prévient la collectivité dans un communiqué.

Inquiétudes autour du site industriel Magna (ex-Getrag Ford Transmissions) à Blanquefort, près de Bordeaux. Le fonds d’investissement allemand Mutares, qui multiplie les acquisitions de sites industriels automobiles, a annoncé vendredi avoir déposé une offre de rachat auprès de Magna, qui doit être effective « au 31 décembre » prochain, selon un communiqué de plusieurs syndicats.

L’usine Magna, fabricant de boîtes de vitesse pour Ford, emploie quelque 740 personnes. « Si Magna, depuis le rachat du site en 2020, a toujours clairement affirmé que le groupe n’investirait jamais à Bordeaux, Ford, en revanche, s’est engagé sur un contrat commercial jusqu’en 2027, rappellent les syndicats dans un communiqué. Nous attendons donc de Ford qu’il maintienne son engagement sur le site de Blanquefort jusqu’en 2027. »

« Vigilance quant au projet industriel »

Suite à l’annonce de cette offre d’acquisition Bordeaux Métropole a exprimé « sa vive inquiétude. » « Bordeaux Métropole et la ville de Blanquefort prennent acte de la situation qui a été annoncée sans aucune information préalable et qui s’inscrit dans le prolongement d’une série noire sur la zone industrielle de Blanquefort », indiquent les collectivités dans un communiqué, faisant référence à la fermeture de l’usine Ford, située sur la même zone d’activités, en 2019.

« Bordeaux Métropole demande que ce site qui génère plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires par an, et qui bénéficie d’un savoir-faire reconnu dans le monde des équipementiers automobiles, puisse avoir un avenir. Les institutions locales feront preuve de la plus grande vigilance quant au projet industriel qui sera présenté et au dialogue qui sera mis en place avec elles. Elles seront également particulièrement attentives aux impacts de cette décision notamment sur l’emploi. »

Bordeaux Métropole et la ville de Blanquefort demandent « que les repreneurs viennent très rapidement leur présenter leurs projets industriels pour le site. » « Nous attendons de Mutares l’arrivée concrète de nouveaux projets, afin de maintenir l’effectif actuel », conclut de son côté l’intersyndicale.