Salon de Francfort 2019: La consécration de la voiture électrique ?

AUTOMOBILE Le Salon de Francfort vient d’ouvrir ses portes à la presse et la grande tendance se confirme : celle de la voiture électrique. Nombre de nouveautés et la plupart des concepts qui y sont présentés se passent en effet de motorisation thermique traditionnelle pour se concentrer uniquement sur l’électron

20 Minutes avec agences

— 

La voiture électrique est partout au Salon de Francfort, à l’instar de cette ID.3 sur le stand Volkswagen.
La voiture électrique est partout au Salon de Francfort, à l’instar de cette ID.3 sur le stand Volkswagen. — © Maxime Hérion

« Electricité » : les constructeurs présents au Salon de Francfort n’ont plus que ce mot-là à la bouche, poussés dans le dos par les normes CAFE – et les amendes énormes qui attendent ceux qui ne s’y conformeront pas – et par des restrictions d’accès et de circulation toujours plus drastiques imposées dans les grandes villes.

La figure de proue de cette offensive électrique est sans aucun doute l’ID.3, une compacte au gabarit de Golf présentée par Volkswagen, qui promet 330 à 550 kilomètres d’autonomie selon les normes d’homologation WLTP. Le constructeur présente ce modèle comme un nouveau chapitre de son histoire, puisqu’il est le premier d’une famille d’au moins cinq déclinaisons qui devraient voir le jour d’ici le milieu de la prochaine décennie.

Nouveautés électriques

Les autres marques du groupe Volkswagen ne sont pas en reste, même si leurs nouveautés sont plus discrètes. On pointera notamment Skoda, qui présente sa citadine Citigo désormais uniquement en électrique, ou Cupra, la nouvelle marque sportive émancipée de Seat, qui expose son nouveau modèle : le Tavascan. Il s’agit d’un crossover, mélange de SUV et de berline compacte au look sportif, animé par un moteur électrique de 306 chevaux et capable de passer de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes.

Et puis, bien sûr, il y a la Porsche Taycan, première voiture de la marque 100 % électrifiée, présentée elle aussi comme un tout nouveau chapitre. Une voiture aux performances hallucinantes qui atteint les 100 km/h en 2,8 secondes et promet jusqu’à 450 kilomètres d’autonomie réelle. Un modèle évidemment loin d’être à la portée de toutes les bourses, puisque son tarif débute au-delà de 150.000 euros.

Des prix relativement élevés

Le prix reste d’ailleurs l’un des principaux critères dissuasifs à l’achat d’une voiture électrique. Une Opel e-Corsa, version électrique de la citadine allemande, sera proposée à partir de 29.990 euros (hors bonus gouvernemental) et la Honda e, citadine positionnée haut de gamme présentée dans sa version de série, débutera à 35.060 euros. Smart, dont les trois modèles (3 portes, 5 portes et cabriolet) ont intégralement renoncé au moteur essence pour se consacrer au « zéro émissions », voit son offre débuter à plus de 23.000 euros.

Des prix généralement pratiqués par des voitures des segments supérieurs, justifiés par le coût des matériaux et des batteries. Toutefois, une nette tendance à la démocratisation se dessine, et les experts estiment que le coût d’un modèle électrique devrait être similaire à celui d’une voiture à essence équivalente d’ici 2025.

Quoi qu’il en soit, la guerre sur le segment de la voiture électrique est bel et bien lancée !

Découvrez notre dossier spécial Automobile