Automobile: Les voitures d'occasion n'ont jamais coûté aussi cher

ACHAT En 2017, le prix des voitures d’occasion vendues par des professionnels a augmenté de 2,7 %…

20 Minutes avec agence

— 

Le marché de l’occasion suit la même tendance que le marché des véhicules neufs. (Illustration)
Le marché de l’occasion suit la même tendance que le marché des véhicules neufs. (Illustration) — Thomas Kienzle AFP

Le prix des voitures de seconde main n’en finit pas de grimper. En 2017, le coût d’une voiture moyenne d’occasion achetée à un professionnel s’élevait à 15.590 euros, contre 15.180 euros en 2016, selon l’enquête annuelle du magazine L’Argus relayée ce jeudi par Europe 1. Cela représente une augmentation de 2,7 % sur un an. Au final, les véhicules d’occasion n’auraient jamais coûté aussi cher.

Une hausse indexée sur le prix du neuf

La hausse des prix sur le marché de l’occasion suit la même tendance que celle du marché des véhicules neufs, dont le prix moyen a grimpé de 32,4 % ces neuf dernières années. En 2017, une voiture neuve coûtait en moyenne 26.717 euros.

Selon Europe 1, cette hausse des coûts s’expliquerait par « l’engouement grandissant des Français pour les voitures haut de gamme ».

68 % de voitures diesel

L’Argus dresse également un portrait-type du véhicule d’occasion en France, en se basant sur les données issues des ventes de véhicules d’occasion par des professionnels à des particuliers (1,71 million de voitures vendues en 2017). La voiture d’occasion type est un véhicule diesel de 4,24 mètres de long, âgé de 3,6 ans et qui consomme 4,8 litres aux 100 km pour 118 chevaux.

Le diesel est encore très présent sur le marché de l’occasion : selon Capital, les voitures équipées de cette motorisation représentent encore 68 % des ventes d’occasion. En revanche, il est en perte de vitesse sur le marché des véhicules neufs, où il vient de passer sous la barre symbolique des 50 %.

>> A lire aussi : Carburant: Pourquoi le prix du gazole atteint un nouveau record

>> A lire aussi : Automobile: Pouvez-vous profiter de la nouvelle «prime à la conversion» pour acheter un véhicule plus propre?