Renault: L'Etat a conditionné son soutien à Carlos Ghosn à une baisse de sa rémunération

GOUVERNEMENT « S’il souhaitait le vote par l’Etat de sa reconduction, il devait diminuer sa rémunération », a souligné Bruno Le Maire…

20 Minutes avec AFP

— 

Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, pose aux côtés de la Kwid.
Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, pose aux côtés de la Kwid. — Arun Sankar K./AP/SIPA

Soutenir le PDG de Renault, oui, mais pas sans condition. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a assuré ce vendredi avoir conditionné son soutien à Carlos Ghosn en échange d’une baisse de sa rémunération « trop élevée », estimant que l’Etat actionnaire n’était « pas spectateur, mais acteur ».

« Oui, je le lui ai demandé », a répondu le ministre, interrogé sur CNews sur la diminution de 30 % du salaire du PDG de Renault.

>> A lire aussi : Réduction de salaire, nomination... Ça bouge à la tête du constructeur automobile

« Vous voulez votre reconduction, faites un effort »

« Mais j’ai dit très clairement à Carlos Ghosn que nous ne pouvions pas voter pour un dirigeant qui avait des rémunérations aussi élevées et que s’il souhaitait le vote par l’Etat de sa reconduction, il devait diminuer sa rémunération. Il a accepté », a-t-il ajouté.

Pour Bruno Le Maire, « c’est la preuve que l’Etat actionnaire n’est pas un spectateur. C’est un acteur ». « Il doit dire à des dirigeants lorsqu’il estime que les rémunérations sont trop élevées, "vous voulez votre reconduction, faites un effort" », a-t-il dit.

>> A lire aussi : Après la privatisation d'Engie, à qui le tour ?

L’Etat français, qui détient environ 15 % du capital de Renault et 22 % des droits de vote, a du coup approuvé la reconduction de Carlos Ghosn à la tête de Renault à l’occasion du conseil d’administration qui a eu lieu jeudi. Cette annonce marque une amélioration notable des relations entre l’Etat français et le PDG de Renault, qui ont parfois été orageuses dans le passé. Depuis trois ans, l’Etat votait contre la rémunération de Carlos Ghosn.