Nouvelle Audi A4, les formes et le fond

Christophe Joly - ©2007 20 minutes

— 

La nouvelle Audi A4 fait partie de ces voitures qui gagnent à être vues « en vrai ». Autant en photo, elle ne ressemble qu'à une évolution de la précédente. Autant de visu, elle affiche sa différence, dégageant un dynamisme bienvenu, inspiré du magnifique coupé A5. Evidemment, elle reprend la calandre béante « single frame », signature de la marque. Outre certains traits du coupé, elle en reprend la planche de bord, à la sportivité bien dosée et à la finition excellente. A conduire, son comportement a gagné en rigueur, distillant un plaisir réel, aidé par une direction bien calibrée, le tout dans un - bon - confort inconnu dans la précédente génération. Déception en revanche côté habitabilité, qui ne progresse que très peu (3 cm) et reste juste dans la norme, malgré une voiture plus longue de 12 cm.

Sous le capot, les progrès sont notables. Audi a abandonné les rustres injecteurs pompes de son diesel 2,0 l au bénéfice de la rampe commune. Le bénéfice est flagrant. Plus souple, beaucoup moins brutal à l'accélération, il est aussi moins bruyant que l'ancien moteur, ce qui n'était pas difficile. Il reste sobre : consommant environ 5,5 l/100 km avec la boîte mécanique (selon Audi), il autorise plus de 1 000 km en autonomie.

Comme de coutume chez Audi, toutes ses qualités se paient au prix fort : à partir de 31 800 euros avec le moteur TDI 143 ch. Une tradition partagée avec ses concurrentes BMW et Mercedes.