Mondial de l’automobile: Ségolène Royal souhaite que le «Dieselgate» donne «un coup d’accélérateur» à l’électrique

AUTO Lors de son passage au Mondial de l’automobile, la ministre a eu un gros coup de cœur pour les voitures électriques, que ce soit sur les stands des marques du groupe PSA ou celles de Renault…

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal au Mondial de l'automobile, le 1er octobre 2016.
La ministre de l'Environnement Ségolène Royal au Mondial de l'automobile, le 1er octobre 2016. — AFP

Elle n'a d'yeux que pour les voitures électriques. La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a souhaité ce samedi que la crise née de la triche de Volkswagen sur les moteurs diesel, le « Dieselgate », donne un « coup d’accélérateur » au développement de la mobilité électrique.

Lors d’une visite de deux heures au Mondial de l’automobile de Paris qui ouvrait ses portes au public, Ségolène Royal s’est surtout intéressée aux voitures rechargeables, et a vanté l’action du gouvernement pour le développement de leurs ventes.

>> A lire aussi : Mondial de l’automobile: Les trois grosses tendances du premier salon post-Dieselgate

Au-delà de Volkswagen, qui a avoué il y a un an avoir truqué les logiciels gérant les moteurs de 11 millions de voitures diesel, l’enquête d’une commission d’experts nommée par la ministre a décelé des « anomalies » sur les émissions de polluants de voitures de plusieurs marques.

Le changement, c’est maintenant ?

« Les constructeurs automobiles le savaient, ils ne s’en sont pas vantés, donc ce n’est pas bien, mais en même temps ce n’est pas une fraude au sens où ils n’ont pas installé de logiciel de fraude », a assuré la ministre.

>> A lire aussi : Mondial de l’automobile: Les constructeurs français sont-ils prêts pour l'après «Dieselgate»?

« Maintenant, ce que je souhaite, c'est que de cette crise sorte un coup d'accélérateur pour la voiture électrique. La voiture électrique, la voiture à hydrogène, ça doit être maintenant une priorité, les constructeurs doivent baisser les prix et élargir leur gamme », a-t-elle lancé.

Vendredi, le PDG de Renault Carlos Ghosn s’était dit « totalement déterminé à collaborer à tous les niveaux » avec la commission, qui poursuit ses investigations.