Mondial de l’Auto: Moteurs électriques, véhicules autonomes, autopartage… Les trois grosses tendances du premier salon post-Dieselgate

AUTOMOBILE Tour d’horizon des nouveautés à découvrir à partir de ce samedi et jusqu’au 16 octobre au Mondial de l’Auto de Paris…

C.P.

— 

Le nouveau concept électrique I.D. de Volkswagen le 29 septembre au Mondial de l'automobile à Paris.
Le nouveau concept électrique I.D. de Volkswagen le 29 septembre au Mondial de l'automobile à Paris. — Rene Fluger/AP/SIPA

Le secteur de l’automobile est en pleine mutation et ce nouveau Mondial de l’Automobile en est une nouvelle preuve. Secoués par une crise économique sans précédent dont ils se remettent à peine et ébranlés par le scandale des moteurs diesel truqués de Volksvagen, les constructeurs automobiles veulent reprendre la main et accélérer le virage stratégique de l’électrique et des voitures autonomes. Gros plan sur les trois tendances marquantes de ce nouveau salon ouvert au grand public à partir de ce samedi au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris.

>> A lire aussi : Mondial de l’automobile: Les constructeurs français sont-ils prêts pour l'après «Dieselgate»?

L’électrique en vedette

L’ère du soupçon n’est pas terminée pour le diesel. Les constructeurs l’ont bien compris. Un an après le scandale du «Dieselgate», les voitures électriques sont les grandes stars de ce Mondial de l’automobile, avec un festival de nouveautés et de prototypes.

Volkswagen, en plein virage stratégique un an après le scandale des diesels truqués, a ouvert le bal jeudi lors des journées professionnelles avec un prototype, l'« I.D » censé annoncer une voiture électrique capable de parcourir jusqu’à 600 km entre deux recharges, à l’horizon 2020.

« Le groupe Volkswagen va développer et construire plus de 30 nouveaux véhicules électriques en plus d’ici à 2025 », a expliqué son patron, Matthias Müller. « L’avenir, c’est l’électrique ».

Et ce n’est pas le seul à la penser : Renault a frappé fort en annonçant jeudi que son modèle électrique vedette, la Zoé, serait désormais doté d’une autonomie théorique de 400 km contre 240 pour la version actuelle.

Ces prestations, environ 300 km en conditions réelles, « devraient soulager ou éliminer l’un des obstacles au développement des voitures électriques, qui est l’autonomie », a déclaré le PDG Carlos Ghosn. « C’est un point d’inflexion qui permet de désensibiliser fortement le problème de l’autonomie

De fait, la concurrence s’étoffe : Opel annonce lui aussi une autonomie théorique de 400 km pour sa nouvelle Ampera-e, version européenne de la Chevrolet Bolt, elle-même la réponse de General Motors à l’aiguillon Tesla.

« D’ici à 2025, nous allons mettre dix véhicules électriques sur le marché », a déclaré de son côté à l’AFP Thomas Weber, responsable de la R&D chez Mercedes. Le groupe à l’étoile présente à Paris de nouveaux modèles électriques des voitures urbaines Smart.

« Depuis le début de l’année, nos ventes électriques ont doublé par rapport à l’année dernière », a confirmé le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, dans un entretien à l’AFP. Le plan stratégique de PSA à horizon 2021 prévoit « quatre véhicules électriques supplémentaires », a-t-il rappelé.

Nouvelles mobilités

Autre grande tendance de ce Mondial 2016 : le passage de la propriété à l’usage. Entre autres, VW, PSA et Daimler (Mercedes) s’affirment décidés à endosser ce nouveau rôle de « fournisseur de mobilité » (autopartage, covoiturage…)

Le Français PSA a ainsi lancé le Free2Move, une nouvelle marque qui fédèrera l’ensemble de ses offres de services connectées et de mobilités. Après la prise de participation dans deux start-up spécialisées dans la location de voitures entre particuliers (Koolicar et TravelCar), PSA - qui a dédié un fonds d’investissement de 100 millions d’euros pour investir dans ces nouvelles activités - a annoncé également de nouveaux accords dans le domaine de l’autopartage : entrée au capital de Communauto, le pionnier de l’autopartage en Amérique du Nord, collaboration avec le groupe Bolloré qui utilisera des véhicules électriques Citroën C-Zéro pour compléter l’offre existante à Lyon (Bluely) et Bordeaux (Bluecub)…

Signe des temps, la star du covoiturage BlaBlaCar fait son arrivée cette année sur le salon. Il participera le 5 octobre à une journée spécialement consacrée à l’innovation, aux côtés de Waze, Drivy, ou Spotify.

La voiture autonome sur les rails

Il n’y pas que les Américains Tesla et Google qui planchent sur la voiture autonome. Le Français PSA a aussi accélérer sur ce chantier. Le constructeur teste depuis un an 10 prototypes Citroën Picasso sur les routes d’Europe, avec environ 60.000 km au compteur, a détaillé à La Tribune Carlos Tavares, le président du directoire de PSA Peugeot Citroën. Objectif de commercialisation des premiers modèles de série « autour de 2021 ».

Le groupe affiche en effet sa prudence, tant la technologie et la réglementation en la matière restent incertaines: « Les clients ne vont pas compromettre leur sécurité et nous le ferons pas non plus. Nous adopterons une démarche pas à pas pour la garantir », a déclaré jeudi Carlos Tavares.

Une position partagée par Carlos Ghosn le patron de Ranult Nissan, qui promet dix voitures dotées de capacités autonomes à l’horizon 2020 : « je pense que les voitures autonomes arriveront en premier dans les pays où la conduite est très disciplinée comme le Japon, les Etats-Unis, la France ou l’Allemagne, et ensuite, petit à petit, nous allons appliquer la technologie à des pays où les choses sont un peu plus flexibles », a-t-il estimé jeudi lors d’une séance de questions-réponses au Mondial de l’automobile.

En attendant, pas encore de voitures autonomes à tester sur le salon mais des simulateurs en réalité virtuelle permettant notamment de se familiariser avec le système de freinage automatique des véhicules partiellement autonomes. Des équipements de démonstrations qui devraient être prochainement accessibles dans certaines concessions automobiles, comme PSA,selon Franceinfo.