Peugeot 207 CC, la digne héritière

Christophe Bourgeois

— 

Premier coupé-cabriolet, la Peugeot 206 CC avait révolutionné le monde des découvrables. Abordable, elle a été un carton commercial, avec 360 000 véhicules vendus depuis 2000. La 207 CC en est la digne héritière. Avec ce nouveau modèle, Peugeot n'a pas pris le moindre risque, améliorant une recette qui a fait ses preuves. A commencer par le toit, pièce maîtresse de la voiture. Plus de crochet à manoeuvrer : son ouverture en deux parties se fait entièrement automatiquement, en 26 secondes.La qualité des matériaux a également progressé, ainsi que le confort à bord. Les bruits parasites ont disparu, l'insonorisation est meilleure et la finition du toit est exemplaire. Le poste de conduite a également été repensé avec une assise plus basse. Avantage : la sensation de rouler cheveux au vent est renforcée. En revanche, la planche de bord est plus encombrante dans l'habitacle.A l'arrière, la 207 CC ne dispose toujours que de deux places d'appoint interdites à toute personne de plus de 1,60 m. Sous le capot, Peugeot a retenu deux moteurs de 1,6 l 16v essence développés avec BMW : un atmosphérique de 120 ch (VTi) et un turbo de 150 ch (THP). Les deux sont convaincants, quoiqu'un peu gourmands. Souple, le turbo se marie à merveille avec le châssis très équilibré de la voiture, qui bénéfice d'une structure renforcée. Moins performant, mais plus nerveux et surtout plus sobre (5,2 l/100 km), le 1,6 l HDI 110 ch équipé d'un filtre à particules finira de convaincre les derniers réfractaires au diesel pour un cabriolet.

fiche technique Dim. : 4,03 x 1,75 x 1,39 m (L x l x h). Coffre : 370 dm3 (coupé), 145 dm3 (cabriolet). Moteurs essence 1,6 l 16v 120 ch (7 cv fiscaux)et 1,6 l THP de 150 ch (9 CV). Moteur Diesel 1,6 l HDIde 110 ch (6 cv). De 18 200 € à 23 700 €.