Audi TT, l'évolution en douceur

©2006 20 minutes

— 

Certains lui reprocheront de ne pas avoir assez changé, d'autres se féliciteront que l'esprit TT soit conservé. Effectivement, au moment de renouveler son coupé sportif à succès, Audi n'a pas pris de risques. Ligne musclée, ceinture de caisse haute, vitres réduites... la recette – améliorée – fonctionne toujours autant. Avec, en plus, la calandre Single Frame caractéristique de la marque aux anneaux. En entrant à l'intérieur, là encore, nous sommes en terrain connu. Dessin sportif de bon goût, finition exemplaire, matériaux de choix font plaisir à voir. Calé dans des sièges fermes mais bien dessinés, le conducteur trouve facilement une position idéale. En revanche, les deux places arrière ne sont que symboliques. A l'inverse, le coffre (pratique, il est à hayon) offre une contenance honorable de 290 litres.

Sous le capot, on retrouve le 2,0 l turbo essence à injection directe de 200 ch des Golf et A3. Là encore, c'est un régal. Souple en ville et à bas régimes, il ne demande qu'à s'exprimer en accélérant la cadence. Le tout avec une consommation raisonnable de 7,7 l/100 km (selon Audi). Privilégiant le confort, châssis et suspensions rendent la conduite facile et sereine, mais probablement pas assez sportive au goût de certains.

Les choses se gâtent côté budget. Il faut compter près de 35 000 euros pour la version – de base – essayée. Si cuir et climatisation automatique sont de série, certaines options relèvent de la mesquinerie, à l'image du régulateur de vitesse (340 euros ) ou de l'ordinateur de bord (290 euros ). Une coutume Audi.

Ch. Joly

Audi TT 2,0 l TFSI (200 ch., 12 ch. fiscaux). Dim. : 4,18 x 1,85 x 1,36 m (L x l x h). Conso ville/route/mixte : 10,7 l/6,0 l/7,7 l/100 km. Coffre : 290 litres (700 l dossier rabattu). A partir de 34 180 euros .