Jean-Marc Ayrault veut rassurer les patrons

SOCIAL Il a cependant défendu la ligne du gouvernement...

avec AFP

— 

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rassuré mercredi lors de l'Université d'été du Medef des patrons inquiets des projets du gouvernement, tout en défendant son programme et en demandant aux partenaires sociaux d'accélérer les négociations sur plusieurs chantiers.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rassuré mercredi lors de l'Université d'été du Medef des patrons inquiets des projets du gouvernement, tout en défendant son programme et en demandant aux partenaires sociaux d'accélérer les négociations sur plusieurs chantiers. — Thomas Samson afp.com

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rassuré mercredi lors de l'Université d'été du Medef des patrons inquiets des projets du gouvernement, tout en défendant son programme et en demandant aux partenaires sociaux d'accélérer les négociations sur plusieurs chantiers.

«C'est un nouvel environnement favorable au développement des entreprises que le gouvernement est en train de créer» et pour cela «nous avons besoin les uns des autres», a lancé Jean-Marc Ayrault en inaugurant ce rendez-vous de rentrée du mouvement patronal, une première pour un chef de gouvernement. «Je m'étonne de l'étonnement que suscite ma présence parmi vous», a-t-il ajouté, devant un parterre de patrons réunis sous une grande tente blanche sur le campus HEC de Jouy-en-Josas (Yvelines). Le chef de file du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, lui avait reproché sa venue devant le patronat. «Un signe de faiblesse», selon lui.

Vertus du dialogue

«Je crois aux vertus du dialogue entre le gouvernement et les partenaires sociaux», a insisté le Premier ministre, arrivé et reparti des lieux accompagné de la présidente du Medef, Laurence Parisot. A des patrons inquiets des projets fiscaux et sociaux du gouvernement -- notamment de la promesse de taxer à 75% la part des revenus excédant un million d'euros-- M. Ayrault a adressé «un message de confiance», mais sans céder sur ses orientations.

«La réforme fiscale visera à améliorer le financement de l'économie, l'investissement et la compétitivité des entreprises», contrairement à ce qu'affirment les patrons, qui redoutent un alourdissement des impôts en pleine crise. Jean-Marc Ayrault s'est appliqué à dédramatiser ce sujet sensible côté patronat, rappelant que le projet de budget pour 2013, qui doit contenir les principales mesures fiscales du quinquennat, ne serait présenté en Conseil des ministres que la dernière semaine de septembre. Pour l'heure, «les arbitrages ne sont pas pris» même si «certains veulent se faire peur» a-t-il affirmé.

Jean-Marc Ayrault a aussi loué les emplois d'avenir, présentés le matin même en Conseil des ministres, qui «apporteront une réponse à la fois rapide et ambitieuse» au chômage des jeunes. Le Premier ministre a en même temps exigé des partenaires sociaux, patronat compris, qu'ils prennent leur part aux efforts. Il a appelé en particulier «toutes les organisations à accélérer le rythme de négociation» sur la sécurisation de l'emploi, qui fait partie des nombreux chantiers ouverts en juillet lors de la Conférence sociale.

Discours apprécié

«Nous avons apprécié la visite et le discours aussi du Premier ministre», a déclaré la patronne des patrons, Laurence Parisot, pour qui la brouille entre le gouvernement de gauche et les entreprises, héritée de la conférence sociale de juillet, est désormais du passé. Mais «nous ne pouvons pas bien sûr nous contenter de ce discours», a-t-elle ajouté. «Les orientations indiquées par le Premier ministre sont intéressantes, il convient maintenant d'attendre que les décisions, notamment budgétaires, confirment, matérialisent ces orientations», a-t-elle résumé.

Dernier bémol sur le volet social, Laurence Parisot a regretté que Jean-Marc Ayrault n'ait pas repris son antienne de la «flexibilité» du travail, une donnée cruciale pour relancer le marché de l'emploi selon le patronat.