Les prix à la pompe entament leur décrue

CARBURANT Le gouvernement a annoncé une baisse jusqu’à six centimes par litre...

M.B.

— 

Une pompe à essence dans une station service avec un hors service. Illustration station service. 
Une pompe à essence dans une station service avec un hors service. Illustration station service.  — GILLES VARELA / 20 MINUTES

Après les paroles, les actes. Vingt-quatre heures après que Pierre Moscovici a annoncé une baisse pouvant aller jusqu’à six centimes par litre, les stations-service commencent à la répercuter et ce depuis 4h30 ce mercredi matin, selon Franck Ibled du site Carbeo.com. Mardi, le prix du gazole, utilisé par 80% des automobilistes, était de 1,464 euro en moyenne en France contre 1,658 euro pour le SP 95 et 1,698 pour le SP 98. Carbeo diffusera demain un bilan sur l’ampleur de ce repli. Mais déjà, Franck Ibled constate «un mouvement de fond» avec des valses d’étiquettes toutes les heures: «L’annonce a été suivie d’effets. C’est un début de promesse tenue.»

Moscovici sur le terrain

Le ministre de l’Economie se rendra d’ailleurs, aux côtés de Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l’Economie Sociale et solidaire et de la Consommation, à 13h45 au relais Total de Lisses (Essonne) sur l’aire de Lisses au sud d’Evry pour constater de visu l’application de l’engagement des pétroliers et distributeurs. D’après Franck Ibled, tous les réseaux jouent le jeu même si certaines stations tardent encore à s’y conformer.

>> Pourquoi la baisse de six centimes est une mauvaise réponse

Mardi, Pierre Moscovici a assuré que pour 25 litres dans le réservoir, la facture va s'alléger de 1,5 euro. Cette baisse sera applicable dans un premier temps, pour trois mois. A l'issue, une solution pérenne sera mise en place. L'Etat prendra à sa charge la moitié de la baisse. Le manque à gagner pour ses caisses se chiffre à 300 millions d'euros, selon le ministre. Assurant au JT de TF1 le service après vente de cette décision, il a affirmé que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCRRF) réalisera des contrôles pour s’assurer que la baisse à la pompe est effective et qu’elle profite bien aux consommateurs. Selon un rapport d'étape remis vendredi au ministre de l'Economie et des Finances, et rendu public mercredi, la mission gouvernementale sur les prix et marges des carburants n'a pas constaté d'évolution anormale des marges brutes tant dans le raffinage que dans la distribution.

>> Le résultat de la mission à découvrir par ici

Les promesses seront-elles tenues?

De son côté, le groupe pétrolier français Total a annoncé mardi une baisse des prix de ses carburants de deux centimes d'euro et trois centimes sur les autoroutes pour trois mois. Lundi, Leclerc s'est engagé à vendre jusqu'à la fin septembre les carburants à prix coûtant dans ses 555 stations-service, soit 20 millions d'euros de rabais aux consommateurs, selon les calculs de Michel-Edouard Leclerc. Le groupe Carrefour a par ailleurs rappelé avoir mis en place des mesures garantissant des prix inférieurs à la concurrence aux pompes de ses hypers (dans un rayon de 5km), faisant déjà de l'enseigne «la moins chère sur le gazole depuis dix semaines», d'après une porte-parole. Toutes enseignes confondues, la grande distribution réalise environ 60% des ventes de carburant dans l'Hexagone, devant les compagnies pétrolières (30%) et les autres détaillants (10%).

Selon Franck Ibled, les distributeurs ont tout intérêt à respecter leur engagement sur les 90 jours à venir sous peine d’écorner leur image de marque. Carbeo fera de son côté un bilan chaque semaine pour voir si les promesses sont tenues.

Invité ce matin sur RTL, le patron de Total, Christophe de Margerie, a déjà expliqué que cette baisse serait provisoire car il n'est pas possible de vendre à pertes trop lontemps.


Christophe de Margerie, PDG du groupe Total... par rtl-fr