Société Générale proche d'un accord pour céder sa filiale grecque Geniki

© 2012 AFP

— 

Si les banques grecques ont perdu deux tiers de leurs dépots (70 milliards d'euros) depuis deux ans, elles ont, au cours de la seule semaine dernière, vu leurs caisses se vider de plusieurs milliards d'euros, selon plusieurs sources interrogées par l'AFP.
Si les banques grecques ont perdu deux tiers de leurs dépots (70 milliards d'euros) depuis deux ans, elles ont, au cours de la seule semaine dernière, vu leurs caisses se vider de plusieurs milliards d'euros, selon plusieurs sources interrogées par l'AFP. — Aris Messinis afp.com

La banque française Société générale est proche d'un accord avec la Banque du Pirée pour lui vendre sa filiale grecque en difficulté Geniki, rapporte la presse locale mercredi.

Le site d'informations financières euro2day.gr écrit, sans citer ses sources, que la transaction "est quasiment bouclée" et qu'elle impliquerait une injection de liquidité d'environ 350 millions d'euros de la part de l'établissement français, qui conserverait 10% de Geniki.

Interrogée par l'AFP, Société générale s'est refusée à tout commentaire.

Début août la banque française, qui avait déjà fortement réduit son exposition à sa filiale, s'était dite ouverte à "toutes les options" concernant celle-ci.

Entre la fin de l'année 2011 et le 30 juin 2012, les encours de crédit de Geniki, acquise en 2004 par la banque rouge et noir, ont notamment été réduits de 2,6 milliards à 2,1 milliards d'euros, tandis que les dépôts progressaient dans le même temps, passant de 1,8 à 2 milliards d'euros.

La Banque du Pirée est le quatrième prêteur grec. Dans le cadre de la consolidation en cours du secteur financier, elle a absorbé récemment son rival public ATEBank.

Mardi, Crédit Agricole, concurrent de Société générale, avait annoncé de son côté être proche d'un accord pour céder sa filiale grecque Emporiki, qui lui a déjà coûté plus de dix milliards d'euros depuis sa prise de contrôle en 2006. La Banque Nationale de Grèce (BNG), première banque commerciale du pays, et ses concurrentes Eurobank et Alpha Bank ont déposé chacune une offre pour le rachat d'Emporiki.