La rentrée économique du gouvernement: A quoi faut-il s'attendre?

ECONOMIE Pour le gouvernement et François Hollande, la rentrée aura une saveur essentiellement économique...

Bertrand de Volontat

— 

François Hollande et Jean-Marc Ayrault, rejoignent le gouvernement sur le perron de l'Elysée, le 17 mai 2012.
François Hollande et Jean-Marc Ayrault, rejoignent le gouvernement sur le perron de l'Elysée, le 17 mai 2012. — L. BONAVENTURE / AFP

La crise et ses maux ont été délaissés en juillet le temps de quelques semaines de repos. Seul le timing de ces vacances pouvait faire râler car ces congés n’ont fait que repousser des défis qui ne peuvent plus attendre. Quels sont-ils?

  • Zone euro: face à la récession, le sujet brûlant reste la problématique grecque. François Hollande va rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel puis le Premier ministre grec Antonio Samaras cette semaine. L’objectif du président français, qui a déjà fait passer le volet croissance dans le pacte de stabilité budgétaire face à l’Allemagne, sera de trouver les solutions d’aide à la Grèce alors que la zone euro entre en récession. Le traité européen de discipline budgétaire passera par ailleurs en projet de loi devant le parlement français à la fin du mois d’août.
  • Budget: le défi de l’impossible? Le projet de loi des finances pour 2013 sera présenté à l’Assemblée nationale le 26 septembre. La France doit ramener son déficit de 4,5% à 3% l’an prochain et doit à ce titre amasser 38 milliards d’euros (audit de la Cour des comptes) afin de limiter les déficits publics, si la croissance ne dépasse pas 1%. L’Etat commencera par bloquer les dépenses de ses ministres et devrait générer ainsi 10 milliards d’euros d’économies. La réduction des volumes de médicaments prescrits et le contrôle des dépassements d’honoraires font du volet santé un enjeu à plus de 10 milliards d’euros d’économies également.
  • Réforme fiscale: jusqu’où le gouvernement peut-il alourdir la facture? La réussite du budget passe également par cette case. Après avoir ajouté 7,2 milliards d’euros dans la loi de finances rectificative, la modification de l’impôt sur le revenu sera abordée à la rentrée. De plus, une nouvelle tranche d’imposition à 45% verra le jour, tandis que l’ISF et l’imposition à 75% sur les revenus de plus d’un million d’euros seront soumis à débat.
  • Emploi: seule certitude, la mise en place des 150.000 contrats d’avenir. Ils devraient entrer en vigueur dès octobre, alors que Michel Sapin en a donné une description ce mardi. Ce dernier devrait par ailleurs travailler sur une loi prohibant les licenciements boursiers.
  • Plans sociaux: le gouvernement peut-il prévenir et guérir? Les plans de restructuration sont loin d’être finis et le dossier PSA n’était qu’un début. Doux, Air France, les opérateurs télécoms devraient donner du fil à retordre à Arnaud Montebourg. Sans compter sur les PME qui ne tiendront pas le choc de la récession. La question de l’emploi ressurgira à ce moment-là avec les problématiques de chômage partiel, du financement de l’industrie ou encore de la formation. L’annonce de la création de la Banque publique d’investissement sera un réel soulagement.
  • Le prix de l’essence: endiguer la flambée. Pierre Moscovici s’entretiendra avec les responsables de la filière le 28 août prochain après la remise d’un rapport d’experts le 24. Il en sortira soit une taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) flottante, soit des chèques carburant ou soit un gel des prix pour six mois maximum. Objectif numéro un: protéger le pouvoir d’achat.
  • Les heures supplémentaires: aucun allégement possible? L’exonération est effective depuis le 1er août. Au 1er septembre, place au retour des charges salariales et patronales pour les entreprises de plus de 20 salariés. L’allègement de charges sur les salaires compris entre 1 à 1,6 fois le Smic reste en attente d’une confirmation du gouvernement.

Hollande a rendez-vous avec les Français dans quinze jours à l’occasion d’un passage au journal télévisé. L’occasion de tirer un premier bilan et de présenter ces différentes réformes pour l’avenir du pays.