Grèce: les autorités veulent lutter contre la fraude fiscale

© 2012 AFP

— 

Le gouvernement grec a déclaré lundi que la fraude fiscale serait "réprimée" et la loi "appliquée", deux jours après des incidents survenus entre la police et des habitants de l'île touristique Hydra où avaient eu lieu des contrôles de la brigade financière.
Le gouvernement grec a déclaré lundi que la fraude fiscale serait "réprimée" et la loi "appliquée", deux jours après des incidents survenus entre la police et des habitants de l'île touristique Hydra où avaient eu lieu des contrôles de la brigade financière. — Sakis Mitrolidis afp.com

Le gouvernement grec a déclaré lundi que la fraude fiscale serait "réprimée" et la loi "appliquée", deux jours après des incidents survenus entre la police et des habitants de l'île touristique Hydra où avaient eu lieu des contrôles de la brigade financière.

"La loi doit être appliquée, l'évasion fiscale sera réprimée d'une manière exemplaire", a déclaré le porte-parole du gouvernement Simos Kedikoglou à la télévision privée Mega.

"Comment est-ce possible qu'Hydra, l'une de premières destinations du tourisme haut de gamme, donne un tel exemple ?", a déploré M. Kedikoglou.

Il faisait allusion aux incidents survenus samedi sur cette île, située dans le golfe Saronique près d'Athènes, où les contrôles de la brigade financière (Sdoe) ont conduit à l'arrestation d'un responsable d'un restaurant qui n'avait pas donné de reçu à ses clients.

Cette arrestation a provoqué l'ire des habitants qui ont encerclé le commissariat de la police, où l'employé du restaurant avait été transféré, et réussi à couper l'électricité et l'eau du bâtiment réclamant la mise en liberté du fraudeur présumé.

Des forces anti-émeutes ont été dépêchées sur l'île pour tenter d'apaiser le climat et transférer le contrevenant à Athènes.

"L'évasion fiscale est une plaie pour l'économie grecque et annule toute tentative de relance", a rappelé M. Kedikoglou dans un communiqué publié dimanche.

Victime de la crise de la dette déclenchée en 2010, la Grèce lutte depuis pour sa survie dans la zone euro et peine à augmenter les recettes publiques en raison surtout d'une importante évasion fiscale, estimée à 45 milliards d'euros par la Sdoe.

De son côté, le syndicat des propriétaires des restaurants ne cesse de réclamer la baisse de la TVA dans les services de restauration, qui a considérablement augmenté ces dernières années, actuellement à 23%, dans le sillage de la hausse des taxes visant à renflouer les caisses vides de l'Etat.

M. Kedikoglou a indiqué que le gouvernement étudiait la réduction de la TVA afin de soulager les restaurateurs qui, frappés par la récession, ont vu leur chiffre d'affaires s'effondrer ces dernières années.