Grèce: Sa première échéance sera payée «sans problème»

CRISE La Grèce va s'acquitter ce lundi d'une échéance de 3,2 milliards d'euros auprès de la Banque centrale européenne...

avec AFP

— 

La Grèce va s'acquitter lundi "sans problème" d'une échéance de 3,2 milliards d'euros auprès de la Banque centrale européenne (BCE), voyant ainsi s'éloigner dans l'immédiat le risque d'un défaut de paiement, a-t-on indiqué au ministère des Finances.
La Grèce va s'acquitter lundi "sans problème" d'une échéance de 3,2 milliards d'euros auprès de la Banque centrale européenne (BCE), voyant ainsi s'éloigner dans l'immédiat le risque d'un défaut de paiement, a-t-on indiqué au ministère des Finances. — Aris Messinis afp.com

La Grèce va s'acquitter lundi "sans problème" d'une échéance de 3,2 milliards d'euros auprès de la Banque centrale européenne (BCE), voyant ainsi s'éloigner dans l'immédiat le risque d'un défaut de paiement, a-t-on indiqué au ministère des Finances.

"La question est réglée, il n'y a aucun problème, la Grèce va s'acquitter dans la journée de l'échéance, nous avons l'argent nécessaire", a affirmé à l'AFP une source du ministère. Elle n'a pas précisé à quel moment de la journée la procédure requise devait être conclue.

Privée de fonds dans l'attente d'une reprise des prêts que l'UE et le FMI lui ont consentie pour la sauver de la faillite, la Grèce avait levé la semaine dernière le montant exceptionnel de 4,063 milliards d'euros en bons du Trésor à trois mois pour pouvoir couvrir ses besoins courants et éviter le défaut.

Cette émission - pour laquelle elle a dû consentir un taux d'intérêt de 4,43% - lui a permis de faire face à l'arrivée à maturité, le 20 août, d'obligations souveraines détenues par la BCE.

La BCE, dont la Grèce avait dans un premier temps espéré une solution technique permettant de repousser l'échéance, avait donné son accord à la demande d'Athènes à la levée d'un tel montant.

Pour reprendre leur perfusion, avec un versement attendu d'une tranche de prêts de 31,5 milliards d'euros, les bailleurs de fonds de la Grèce réclament qu'elle remette sur les rails le programme de redressement qu'ils lui ont prescrit depuis deux ans.

Une décision européenne est attendue en septembre, tandis qu'Athènes plaide aussi pour un sursis de deux ans, repoussant à 2016 contre 2014 son assainissement budgétaire, afin de pouvoir dans l'intervalle s'extraire de la récession où l'austérité l'a engluée.