Une patron australien renonce à ses bonus

avec AFP

— 

Le patron de la compagnie australienne Qantas, plombée par le ralentissement de l'économie mondiale et la flambée des prix du carburant, a anoncé lundi qu'il renonçait à ses bonus et à son augmentation de salaire au titre de l'exercice 2012.
Le patron de la compagnie australienne Qantas, plombée par le ralentissement de l'économie mondiale et la flambée des prix du carburant, a anoncé lundi qu'il renonçait à ses bonus et à son augmentation de salaire au titre de l'exercice 2012. — Greg Wood afp.com

Le patron de la compagnie australienne Qantas, plombée par le ralentissement de l'économie mondiale et la flambée des prix du carburant, a anoncé lundi qu'il renonçait à ses bonus et à son augmentation de salaire au titre de l'exercice 2012. Alan Joyce est le dernier en date d'une longue liste de dirigeants australiens à avoir renoncé ces derniers temps à la part de gratification liée aux performances de leurs entreprises.

Les patrons des géants miniers BHP Billiton et Rio Tinto, Marius Kloppers et Tom Albanese, l'ont précédé dans cette démarche. Les groupes bancaires ANZ et Commonwealth ont également gelé les salaires de leurs dirigeants. «Il est absolument logique que quand les résultats d'une entreprise baissent, la paie des dirigeants baisse aussi», a expliqué Alan Joyce dans un entretien au quotidien financier Australian Financial Review. «Cela a été une année extrêmement difficile pour les actionnaires de Qantas et ce que vous voulons montrer, c'est que ma paie doit être étroitement corrélée à la rentabilité de l'entreprise», a-t-il ajouté.

2,3 millions de dollars au lieu de 5 millions

Selon le journal, les émoluments de Joyce devraient être de 2,3 millions de dollars australiens pour 2012 (1,9 million d'euros), au lieu des 5 millions qu'il avait perçus en 2011, primes comprises. Qantas traverse une passe difficile: elle prévoit pour l'exercice 2011-12 une chute de 90% de ses bénéfices, sous l'effet de la détérioration continue de ses performances à l'international et d'une facture de carburant record.

Elle devrait ainsi enregistré sa première perte nette depuis sa privatisation en 1995. Sa division internationale, chroniquement déficitaire, devrait quasiment doubler sa perte d'une année sur l'autre, à 450 millions de dollars australiens, contre 216 millions en 2010-11. Alan Joyce a établi en août 2011 un vaste plan de restructuration pour tenter de redresser la rentabilité de Qantas à l'international et concentrer son développement sur l'Asie.