Les plus pauvres de plus en plus sur le bord de la route des vacances

SOCIAL Ils ne sont plus que 37% à pouvoir partir...

M.B.

— 

Des enfants en vacances sur la plage d'Arcachon, en juillet 2012
Des enfants en vacances sur la plage d'Arcachon, en juillet 2012 — Regis Duvignau / Reuters

Les plus modestes n’ont jamais eu autant de mal à partir en congés. Alors que la saison estivale bat son plein, ils ne sont que 37% des foyers les plus pauvres (1.820 euros pour un couple avec deux jeunes enfants) à pouvoir s’offrir des congés hors de leur domicile plus de quatre nuits consécutives, contre 47% il y a encore cinq ans. Le taux de départ en vacances varie désormais du simple au double entre le bas et le haut de l’échelle de revenus (82%). Et ces différences s’accentuent.

Hausse des dépenses contraintes

«Avec la crise, ces foyers modestes, déjà en prise avec des difficultés pour boucler leurs fins de mois, sont les premières touchés par l’augmentation du chômage. Dès lors, partir en vacances semble, pour ces groupes, de plus en plus improbable», constate une récente étude publiée par le Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie).

L’augmentation des dépenses dites «contraintes» ou «pré-engagées» (logement, abonnements téléphoniques, assurances, etc.) limite les marges de manœuvre financières des foyers. Elles prennent une part de plus en plus importante dans leur budget (34% aujourd’hui contre 27% en 1980, d’après l’Insee). L’engouement pour les nouvelles technologies a aussi généré, d’une certaine façon, de nouvelles dépenses, note le Credoc.

L’argent n’explique pas tout

Si les freins financiers expliquent deux tiers des non-départs des personnes se situant en bas de l’échelle des revenus (contre 15% des raisons de non-départ des personnes les plus fortunées), d’autres facteurs font obstacle au départ. Le Credoc constate que les plus modestes sont moins équipés d’une voiture et disposent d’un réseau relationnel moins étendu que les autres. Or aujourd’hui, la grande majorité des Français qui partent en vacances se rendent en automobile chez des amis ou de la famille.

«Le développement des offres touristiques par Internet exclut également de fait une partie des moins fortunés (34% exactement) qui n’ont pas d’accès à Internet chez eux», signale le Credoc.

De façon générale, le taux de départ des ménages baisse de façon continue depuis 1995. Il est passé de 65% à 52% cette année.