Doux: Opération escargot pour la reprise de l'abattoir de Sérent

© 2012 AFP

— 

Environ 250 personnes selon les gendarmes ont manifesté mercredi pour soutenir les salariés de l'abattoir Doux de Sérent (Morbihan), un atelier du groupe frais du volailler en liquidation judiciaire, pour lequel les offres de reprise doivent être déposées avant vendredi, a constaté l'AFP.
Environ 250 personnes selon les gendarmes ont manifesté mercredi pour soutenir les salariés de l'abattoir Doux de Sérent (Morbihan), un atelier du groupe frais du volailler en liquidation judiciaire, pour lequel les offres de reprise doivent être déposées avant vendredi, a constaté l'AFP. — Fred Tanneau afp.com

Environ 250 personnes selon les gendarmes ont manifesté mercredi pour soutenir les salariés de l'abattoir Doux de Sérent (Morbihan), un atelier du groupe frais du volailler en liquidation judiciaire, pour lequel les offres de reprise doivent être déposées avant vendredi, a constaté l'AFP. Les manifestants, des salariés, des élus et des responsables syndicaux, ont participé à une opération escargot de l'abattoir jusqu'à la préfecture de Vannes à bord d'une centaine de véhicules, entraînant d'importants embouteillages. Une délégation a été reçue pendant plus d'une heure par le préfet. "On espère que l'Etat est de notre côté", a confié Myriam Robert, déléguée CFDT, ajoutant que deux visites d'éventuels repreneurs du site avaient eu lieu mardi, sans pouvoir citer les noms, et une autre mercredi pour le groupe Duc.

De son côté, Nadine Hourmant, déléguée centrale FO, a indiqué que son syndicat allait faire appel de la décision du 1er août du tribunal de commerce de Quimper mettant notamment en liquidation le pôle frais du groupe volailler. La CGT avait déjà fait savoir mercredi matin qu'elle avait "décidé de travailler à interjeter appel de la décision". Cet appel, qui doit être formulé avant le 13 août, n'est toutefois pas suspensif. "J'espère que vendredi on aura un repreneur parce que ça commence à être un petit peu long. On vit sur les nerfs, les nuits sont plus ou moins courtes", a confié à l'AFP Michelle Courant, 49 ans, 23 ans d'ancienneté chez Doux. L'abattoir de Sérent, qui emploie 175 salariés, intéresserait notamment le groupe Duc, selon une source proche du dossier. Mardi, des syndicalistes de l'abattoir Doux de Pleucadeuc, qui fait également partie du pôle frais du volailler breton, ont été reçus en préfecture de Vannes pour exprimer leurs "inquiétudes".

>>Doux: Lendemain difficile après la décision du tribunal de Quimper