Bernanke (Fed) recommande à la zone euro de former une union budgétaire

© 2012 AFP

— 

Le président de la Banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, a estimé mardi qu'une union budgétaire permettrait à la zone euro de s'attaquer à "beaucoup de ses problèmes", tout en reconnaissant que le processus pour y parvenir était "très complexe".
Le président de la Banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, a estimé mardi qu'une union budgétaire permettrait à la zone euro de s'attaquer à "beaucoup de ses problèmes", tout en reconnaissant que le processus pour y parvenir était "très complexe". — Saul Loeb afp.com

Le président de la Banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, a estimé mardi qu'une union budgétaire permettrait à la zone euro de s'attaquer à "beaucoup de ses problèmes", tout en reconnaissant que le processus pour y parvenir était "très complexe".

"La situation européenne est très difficile. Le problème fondamental est que (les pays de la zone euro, ndlr) disposent d'une banque centrale unique (...) mais que, contrairement aux Etats-Unis, ils n'ont pas une seule et même politique budgétaire", a déclaré M. Bernanke, lors d'un colloque à Washington.

Selon M. Bernanke, une union budgétaire permettrait "sans doute à la zone euro de s'attaquer à beaucoup de ses problèmes", citant notamment les tensions dans le secteur bancaire liées à crise de la dette des Etats.

Le président de la Réserve fédérale a toutefois reconnu que le processus pour y parvenir serait forcément "complexe".

"Arriver (à cette union) est très difficile parce qu'il y a 17 pays différents (dans la zone euro) et que chaque contribuable veut que son propre pays soit traité de manière équitable", a précisé le président de la Fed.

Le Fonds monétaire international (FMI) a lui aussi récemment appelé l'eurozone à former une union budgétaire.

M. Bernanke a par ailleurs répété que la crise en Europe avait un impact "important" sur l'économie des Etats-Unis, en limitant les échanges commerciaux entre les deux rives de l'Atlantique et en alimentant des tensions sur les marchés financiers.

La crise en Europe "ralentit la reprise économique" aux Etats-Unis, a estimé M. Bernanke.