La croissance économique attendue en baisse en Inde où la sécheresse menace

© 2012 AFP
— 
La croissance du PIB en Inde devrait ralentir plus que prévu pour s'établir vers 6% cette année, selon un haut responsable politique indien et un consensus d'économistes, alors que le pays fait face au spectre d'une nouvelle sécheresse, qui serait la troisième en une décennie.
La croissance du PIB en Inde devrait ralentir plus que prévu pour s'établir vers 6% cette année, selon un haut responsable politique indien et un consensus d'économistes, alors que le pays fait face au spectre d'une nouvelle sécheresse, qui serait la troisième en une décennie. — Sam Panthaky afp.com

La croissance du PIB en Inde devrait ralentir plus que prévu pour s'établir vers 6% cette année, selon un haut responsable politique indien et un consensus d'économistes, alors que le pays fait face au spectre d'une nouvelle sécheresse, qui serait la troisième en une décennie.

La situation économique s'était déjà détériorée en Inde ces derniers mois à cause d'une forte inflation, de taux d'intérêts élevés, d'un déficit public en hausse, d'un moral des entreprises en berne, d'une monnaie qui se déprécie, auxquels s'ajoutent à présent les inquiétudes liées au retard pris par la mousson et des pluies plus faibles que la normale.

"Si nous prenons en compte le fait que la production agricole sera faible (...) (la croissance) sera plus proche de 6%", pour l'année fiscale qui s'achève en mars 2013, a déclaré vendredi le vice-président de la commission du Plan, Montek Singh Ahluwalia, à des journalistes à New Delhi.

Ce rythme de croissance, serait en deçà de la progression de 6,5% du PIB qu'a connu l'Inde l'an dernier et bien loin du rythme de 10% de croissance annuelle connu par le pays au cours de la dernière décennie.

Plusieurs économistes ont également ajusté leurs prévisions à cause du retard de la mousson, qui arrose le sous-continent de juin à septembre.

Un consensus d'économistes et d'industriels interrogés par la Chambre de Commerce et d'industrie indienne publié samedi indique que la faiblesse de la mousson et la détérioration de la conjoncture mondiale devraient déboucher sur une croissance du PIB entre 6,0% et 6,3% en Inde cette année.

Tushar Poddar, un économiste de la banque Goldman Sachs est allé jusqu'à envisager une croissance du PIB limitée à 5,7% percent.

Ces projections sont inférieures à l'hypothèse de croissance de 7,6% faite par la coalition au pouvoir dans son budget en mars, et à la prévision d'une croissance du PIB de 6,5% publiée par la Banque centrale indienne au début de la semaine.

Ce rythme de croissance du PIB, quoique bien supérieur à celui enregistré par la plupart des pays développés est insuffisant pour sortir de la pauvreté des centaines de millions d'Indiens.

Les services météorologiques indiens ont prévu que les pluies de la mousson seraient "plus basses de 15%" que la normale, ce qui signifie une situation de sécheresse.

La sécheresse est déclarée dans le pays si les précipitations sont inférieures à 90% de leur niveau moyen annuel. L'Inde a déjà été touchée par une sécheresse en 2009 et 2002, aggravant la pauvreté des populations rurales et provoquant une hausse des prix alimentaires.