Doux: Les salariés manifestent

© 2012 AFP

— 

Banderoles, slogans et sono à fond: la manifestation bat son plein vendredi devant le tribunal de grande instance (TGI) de Quimper qui examine la quinzaine d'offres de reprise du groupe volailler Doux et la proposition de continuation de l'activité émanant de son PDG Charles Doux, coiffé par la banque Barclays.
Banderoles, slogans et sono à fond: la manifestation bat son plein vendredi devant le tribunal de grande instance (TGI) de Quimper qui examine la quinzaine d'offres de reprise du groupe volailler Doux et la proposition de continuation de l'activité émanant de son PDG Charles Doux, coiffé par la banque Barclays. — Fred Tanneau afp.com

Banderoles, slogans et sono à fond: la manifestation bat son plein vendredi devant le tribunal de grande instance (TGI) de Quimper qui examine la quinzaine d'offres de reprise du groupe volailler Doux et la proposition de continuation de l'activité émanant de son PDG Charles Doux, coiffé par la banque Barclays. Peu avant midi, des manifestants sont arrivés avec un cercueil et des poulets vivants qu'ils ont exhibés devant plus de 1.000 personnes, selon les organisateurs (800 selon la police), alors que l'audition des repreneurs se tient à huis clos dans la cour d'assises du Finistère, transformée pour l'occasion en salle d'audience du tribunal de commerce.

Une quinzaine d'offres

Des milliers d'emplois sont en jeu: 3.400 salariés chez Doux, quelque 800 éleveurs, 2.000 personnes employées par des sociétés de transport travaillant pour le groupe, sans compter les très nombreux sous-traitants. Affrétés par la communauté de communes de Châteaulin (siège de Doux), une quinzaine de cars ont déversé en milieu de matinée près de 600 manifestants, dont une soixantaine d'élus de tous bords confondus. Les manifestants, accompagnés par le bruit assourdissant des sonorisations des organisations syndicales, ont rejoint un précédent cortège mené par la CGT qui tenait à ne pas se «mélanger aux politiques».