Renault fait mieux que PSA et son titre s'envole en Bourse

AUTOMOBILE le constructeur s'est maintenu dans le vert au premier semestre...

M.B. avec agences

— 

Renault a souffert de la faiblesse des marchés automobiles européens au premier semestre, avec des résultats et un chiffre d'affaires en baisse, mais il s'est maintenu dans le vert au contraire de son concurrent PSA Peugeot Citroën.
Renault a souffert de la faiblesse des marchés automobiles européens au premier semestre, avec des résultats et un chiffre d'affaires en baisse, mais il s'est maintenu dans le vert au contraire de son concurrent PSA Peugeot Citroën. — Daniel Roland afp.com

Comme l'ensemble du secteur, Renault a souffert de la faiblesse des marchés automobiles européens au premier semestre, avec des résultats semestriels et un chiffre d'affaires en baisse mais il s'est maintenu dans le vert au contraire de son concurrent PSA Peugeot Citroën. Le bénéfice net part du groupe accuse une baisse de 39% à 746 millions d'euros, selon un communiqué. Il a bénéficié de la contribution de ses partenaires (Nissan, AB Volvo et Avtovaz) à hauteur de 630 millions.

Le résultat d'exploitation a reculé de 33% à 519 millions d'euros et la marge opérationnelle de 23% à 482 millions. Le chiffre d'affaires est quasi stable (-0,8%) à 20,9 milliards d'euros. «La poursuite de la croissance à l'international n'a pas compensé la faiblesse du marché européen», souligne le constructeur français, avec une contribution moindre de sa division auto, son coeur de métier.

Hausse des ventes attendue sur 2012

La marge opérationnelle de la branche auto est restée dans le vert malgré la baisse des volumes et les coût plus élevés des équipements des véhicules, grâce à une réduction concomitante des frais généraux, souligne Renault. Le groupe a précisé qu'il table toujours sur une hausse de ses ventes en 2012 «sous réserve que le marché européen ne se dégrade pas plus que prévu actuellement».

Renault, qui a réalisé 47% de ses ventes hors du cieux continent, avait revu mi-juillet en baisse ses prévisions pour les marchés français et européen. Selon lui, le premier devrait fléchir de 10 à 11% et le deuxième de 6 à 7% cette année. Le constructeur confirme aussi être bien parti pour atteindre son objectif d'un flux de trésorerie (free cash flow) opérationnel positif pour sa division auto, en dépit d'une «une hausse des risques en Europe».

Les investisseurs ont visiblement apprécié cette publication. Le titre du constructeur s'envolait ce vendredi, avec un bond de 6,82% à 36 euros.

 Ces résultats tranchent avec ceux du numéro un français, PSA. Ce dernier, plus dépendant de l'Europe, a essuyé une perte nette semestrielle de 819 millions d'euros et veut supprimer 8.000 postes dans l'Hexagone. Alors que l'action de PSA a perdu plus de 50% depuis le début de l'année, celle de Renault a progressé de plus de 30%.

>>Pourquoi l'Iran et le Japon ont plombé les résultats de PSA

Renault a annoncé vendredi que le coréen LG pourrait choisir la France pour construire une usine de batteries pour équiper ses véhicules électriques, scellant par ricochet la fin du projet d'usine Nissan à Flins (Yvelines). La future usine LG, qui pourrait être opérationnelle en 2015, aurait vocation à fournir d'autres constructeurs que Renault et à exporter dans toute l'Europe. Le groupe au losange achète déjà au groupe coréen des batteries de première génération pour son quadricycle Twizy et sa future Zoé, mais celles-ci sont importées de Corée et assemblées dans un atelier Renault à Flins (Yvelines). A terme, cette première génération pourrait aussi être produite sur le futur site français de LG.