Moscovici: «Il faut de la détermination»

EUROPE Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a appelé mardi à la mise en oeuvre «effective» et «rapide» des décisions du sommet européen de fin juin...

avec AFP

— 

Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a appelé mardi à la mise en oeuvre "effective" et "rapide" des décisions du sommet européen de fin juin afin de rassurer sur la "pérennité" et la "force" de la zone euro.
Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a appelé mardi à la mise en oeuvre "effective" et "rapide" des décisions du sommet européen de fin juin afin de rassurer sur la "pérennité" et la "force" de la zone euro. — Mehdi Fedouach afp.com

Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a appelé mardi à la mise en oeuvre "effective" et "rapide" des décisions du sommet européen de fin juin afin de rassurer sur la "pérennité" et la "force" de la zone euro. "Cette situation que nous vivons est une situation que nous devons, que nous allons maîtriser", a indiqué à l'AFP M. Moscovici après une rencontre avec le président ivoirien Alassane Ouatarra.

L'Espagne est notamment au centre des préoccupations en zone euro, puisque le pays, en grandes difficultés financières, voit ses taux d'emprunt s'envoler sur le marché obligataire, malgré le plan d'aide européen à ses banques. "Nous allons prendre tous les contacts utiles mais pour dire que cette zone euro est forte, crédible, et mettre en oeuvre les politiques qui permettent de rassurer dans la pérennité, dans l'avenir, dans la force de la zone euro", a ajouté le ministre.

M. Moscovici a précisé que c'était "dans ce contexte" qu'il recevait mercredi à Paris son homologue, le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos. "J'aurai bien sûr d'autres contacts. Il faut de la détermination, de la sérennité, de la confiance et travailler à la mise en oeuvre effective, rapide, forte des décisions du conseil européen de fin juin", a souligné M. Moscovici.

A l'issue du sommet européen des 28 et 29 juin, l'Italie et l'Espagne ont notamment obtenu que le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et son remplaçant, le Mécanisme européen de stabilité (MES), puissent recapitaliser directement les banques en difficulté sans alourdir les finances publiques du pays.