Air France: Juniac pessimiste sur un accord avec les hôtesses

Reuters

— 

Alexandre de Juniac, PDG d'Air France, s'est montré mardi pessimiste quant à la conclusion d'un accord avec les hôtesses et stewards concernant le plan de restructuration visant à réduire de 20% les coûts de la compagnie d'ici fin 2014.

Menace d'un accord moins favorable imposé

«Si les référendums menés cette semaine par deux organisations syndicales des hôtesses et stewards rejettent le plan, Air France leur imposera un accord moins favorable», a-t-il dit lors d'une audition à l'assemblée nationale.

«La probabilité que ce soit contre me parait plus élevée que la probabilité que ce soit pour», a-t-il reconnu devant la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale.

«Dans cette hypothèse là, nous serions amenés en mars 2013 à appliquer un texte qui n'aurait pas les mêmes caractéristiques que celui négocié qui, comme il a été négocié, est meilleur.»

Des syndicats divisés

L'accord actuel des personnels navigants commerciaux court jusqu'en mars 2013.
La compagnie Air France, largement responsable des pertes du groupe franco-néerlandais formé avec la compagnie KLM, prépare un plan de restructuration censé permettre au groupe d'économiser deux milliards d'euros en deux ans et demi afin de réduire sa dette d'autant.

Les trois syndicats représentatifs des hôtesses et stewards sont divisés. L'UNAC et l'UNSA dévoileront mercredi les résultats des référendums organisés auprès de leurs adhérents. L'UNAC a appelé à voter pour et l'UNSA à voter contre.

Les adhérents du syndicat SN-PNC ont de leur côté rejeté à 80,8% le plan lors d'un référendum.

Air France a annoncé le 10 juillet la finalisation de son plan de restructurationTransform 2015 auprès de ses personnels au sol qui représentent la grande majorité des effectifs.

Du côté des pilotes, le résultat du référendum en cours ne sera connu qu'à mi-août.