Le BTP du Sud-Ouest dénonce la concurrence espagnole

Reuters

— 

Les professionnels du bâtiment et des travaux publics des Pyrénées-Atlantiques ont décidé d'entrer en lutte contre une concurrence qu'ils jugent déloyale de la part d'entreprises espagnoles qui traversent la frontière pour leur ravir les marchés. La Fédération du BTP des Pyrénées-Atlantiques, en première ligne, a décidé de tirer la sonnette d'alarme et de mener le combat.

Pour les professionnels du BTP départemental, dont les 2.680 entreprises représentent 14.000 salariés, pour la plupart dans des petites structures, ce sont 200 à 250 emplois qui seraient menacés d'ici la fin 2012.

"Ces entrepreneurs espagnols déferlent sur nos régions car cela dépasse largement la proximité de la frontière, et le différentiel de charges fait qu'ils peuvent passer 30% au-dessous de notre tarif. Nous ne sommes pas opposés au fait qu'ils recherchent des marchés, nous sommes contre la concurrence déloyale", explique Patrick Lacarrère, le secrétaire général de cette fédération.

"La crise économique conduit les entreprises espagnoles, portugaises et italiennes à répondre aux appels d'offres en France à des prix anormalement bas avec des maîtres d'ouvrage parfois peu regardants sur les conditions dans lesquels se déroulent les travaux", indique la FNTP qui demande davantage de contrôles.

La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a indiqué jeudi dans un communiqué que la situation du secteur de dégradait en France et que 6.000 emplois devraient disparaître en 2012. Elle a ciblé la concurrence étrangère déloyale.